Accueil Société

Pas de retrouvailles avant le 18 mai: le risque d’une perte d’adhésion aux mesures de confinement

La priorité donnée à la réouverture des commerces sur les retrouvailles avec la famille ou les amis proches est mal reçue par la population. Avec le risque d’un non-respect des règles.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 7 min

Vendredi soir, la prise de parole de Sophie Wilmès a douché les espoirs de nombreux parents, grands-parents, enfants, frères, sœurs, amis. En tout cas de ceux qui avaient tenu jusqu’au début de la conférence de presse. Depuis, c’est un peu l’incompréhension. Comment justifier qu’on puisse retourner faire des emplettes dans les magasins de prêt-à-porter dès le 11 mai, avant de revoir nos proches, hypothétiquement seulement à partir du 18 ? Comment expliquer qu’on puisse s’adonner au kayak, et ne pas rendre visite à notre grand-mère qui vit seule ? La situation en est même devenue ubuesque, lorsque le vice-premier libéral, Alexander De Croo, a répondu par l’affirmative à la question d’une journaliste de VTM lui demandant si l’on pourrait revoir sa maman dans les rayons de Hema ou Zara… Avant de revenir sur ses propos.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

39 Commentaires

  • Posté par Philippe Pasman, lundi 27 avril 2020, 18:03

    Madame Wilmès est tiraillée entre les experts médicaux, les commerçants, les politiciens de tous bords et quoiqu’elle décide elle sera critiquée. Alors tenez bon Madame et que ces politiciens qui ont la critique facile forment ce gouvernement attendu par la population depuis le 26 mai 2019.

  • Posté par Tricnaux André, lundi 27 avril 2020, 17:50

    Je roule énormément à vélo. Je peux vous dire que le déconfinement est en marche. De plus en plus d'autos sur la route un peu partout. Cela a d'ailleurs commencé avant ce vendredi mais c'est pire ce lundi. Cette situation n'est pas tenable. Il y a bien 15 jours que je vois des gens discuter devant chez eux avec voisins ou passants et la plupart gardent leur distance. Décisions politiques ou pas, la population ne tiendra pas, c'est un fait. Quand vont-ils se rendre compte que le confinement ne tient qu'à un fil (y a plus d'élastique) et que dans quelques jours (il ne faudra pas des semaines), la majorité des citoyens aura pris sa propre règle de confinement. Pour les plus disciplinés, ce sera réunion en familles , amis ... avec une certaine distance, pour les plus téméraires (ou inconscients) ce sera comme si le virus n'existait pas. Sur le temps d'écrire (3 min), j'habite la campagne et pas le long d'une grand route : au moins 30 voitures viennent de passer et une moto à pleine vitesse. Pas possible qu'ils aillent tous au magasin...

  • Posté par Chouters - Lognoul , lundi 27 avril 2020, 17:19

    Article très malvenu

  • Posté par Chachkoff Yann, lundi 27 avril 2020, 17:12

    Encore une fois, j'aimerais que la presse fasse son autocritique. Car enfin, en la matière, n'a-t-elle pas, pendant plusieurs jours, excité l'attente de la population en révélant que la visite aux proches était dans les cartons pour le 4 mai ? Il eut fallu faire preuve de beaucoup plus de prudence et ne pas avancer comme probable ce qui n'était alors que conjecture. Que voir nos droits citoyens fondamentaux réduits ne plaisent pas, c'est une évidence. Mais il serait bon AUSSI de souligner, encore et encore, les raisons impérieuses de cette réduction, et souligner quels risques sont en jeu.

  • Posté par Stassart Guy, lundi 27 avril 2020, 17:04

    C'est tout à fait normal que les gens se déconfinent malgré les décisions du gouvernement. Quand vous voyez qu'Ecolo avec son co-président aussi intelligent qu'un âne critique ouvertement les décisions qui ont été prises par le gouvernement. Ce gars imbu de sa personne prépare déjà les futures élections où il pourra montrer sa mauvaise foi et celle de son parti. C'est que chaque fois qu'ils doivent prendre une décision ils sont absents ce qui leur permet de critiquer.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Un nouveau code pénal présenté avant cet été, mais sans le féminicide

Le ministre de la Justice annonce vouloir passer la réforme du code pénal en première lecture avant l’été. Si celui-ci, vieux de plus de 150 ans, doit être dépoussiéré et mieux organisé, ses auteurs estiment qu’il faut être prudents avec la notion de féminicide, que certains souhaitent y intégrer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs