Accueil Société

Testing du coronavirus: zappés par De Backer, les labos agréés dénoncent une faute

La barre des 10.000 tests aurait pu être dépassée depuis longtemps, selon la cellule de coordination Covid-19 du Laboratoire hospitalier universitaire de Bruxelles. « Avoir misé sur l’industrie pharmaceutique privée est une faute à corriger d’urgence », plaident-ils auprès de Philippe De Backer.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Il y a tout juste un mois, Philippe De Backer (VLD) se voyait attribuer la gestion stratégique des masques, du matériel médical et surtout des tests permettant de détecter le coronavirus. Dans sa première interview avec cette nouvelle casquette, il annonçait au Soir que la Belgique serait en capacité de tester 10.000 personnes au quotidien dès la fin mars. Mirage ? Selon les dernières données de Sciensano, ce chiffre n’a tout simplement jamais été atteint. Le jeudi 23 avril reste actuellement la seule fois où on a dépassé le cap des 9.000 tests.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

37 Commentaires

  • Posté par Clanis Claude, mardi 28 avril 2020, 15:45

    Un scandale de plus pour ce ministre.En arrosant de contrats juteux des multinationales comme GlaxoSmithKline, Johnson&Johnson et autres UCB, au lieu de faire travailler les labos belges ... en voilà un qui ne risque pas de se retrouver au chômage après la crise ou les élections.C'est ce qui s'appelle assurer ses arrières...... Abject.

  • Posté par Manuel Pourtois, mardi 28 avril 2020, 23:07

    >contrats juteux des multinationales bof,bof : a priori GSK et UCB c'est essentiellement belge. Juteux ? Si c'est pas le cousin VLD d'un employé moldave de GSK qui a négocié le contrat je suis pas vraiment certains que ça va multiplier le dividende Mais clairement ces sociétés privées n'ont pas les structures logistiques de gestion de ces tests.

  • Posté par elias jacques, mardi 28 avril 2020, 12:49

    On peut se répandre en conjectures et supputations diverses sur le pourquoi du comment il ne faut pas perdre de vue que c'est un gros business pour les labos. Quand on sait que les experts et nombre de politiques ont des liens financiers avec ce secteur, on peut plaider les erreurs et la bonne foi tant qu'on veut les esprits critiques ont fiat leur opinion depuis longtemps sur le fond du problème à savoir l'argent !

  • Posté par Frédéric Cotton, mercredi 29 avril 2020, 10:49

    "un gros business pour les labos": j'espère que vous ne parlez pas des labos de biologie clinique :-)

  • Posté par De Ronde Michel, mardi 28 avril 2020, 12:22

    De l’art de politiser et communautariser une situation qui ne le demande pas… Soit dit en passant, la petite phrase de Frédéric Cotton est surprenante : « On a un peu attendu, en se disant que si cette stratégie fonctionnait, c’était tant mieux ». S’il était si évident que la mise en œuvre de la stratégie choisie par le ministre De Backer allait connaître ces difficultés, les labos de l’ULB n’avaient qu’à dénoncer dès le départ l’inadéquation de cette stratégie. Par après, il est toujours facile et mesquin de crier haro sur le baudet !

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs