Accueil Opinions Éditos

Pour des économies plus résilientes: un peu de relocalisation, beaucoup de sobriété

La crise du coronavirus a mis en évidence à quel point notre économie est fragile, dangereusement dépendante d’usines situées de l’autre côté de la planète, exposée à tous les vents de la globalisation.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Ce n’est plus un secret pour personne. La crise du coronavirus a mis en évidence à quel point notre économie est fragile, dangereusement dépendante d’usines situées de l’autre côté de la planète, exposée à tous les vents de la globalisation. Avait-on oublié qu’il suffisait qu’un grain de sable vienne s’y perdre pour que toute la machine se mette à tousser ? C’était une évidence. Mais tout à son confort et à ses profits, notre monde a préféré l’oublier. Comme il préfère se voiler la face devant les conséquences éthiques, sociales et environnementales de son modèle de développement.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par VINCENT Patrick, mardi 28 avril 2020, 17:58

    Il faudrait consommer plus intelligent , il vaut mieux acheter local ca crée des emplois même si c'est plus cher , mais on paierait moins de chômeurs via nos impôts . Réparer ce qui peut l'être . pourquoi devoir toujours avoir le dernier smartphone ou la dernière smart tv à la mode? Consommer plus , c'est extraire des matières de notre planète, les transporter , ...etc... . Obliger les constructeurs à faire des appareils réparables (machine à laver , smartphone, tv, ....). Pour notre dépendance aux pétrole au lieu de prendre sa voiture, prendre davantage les transports en commun, marcher, vélo .... bref les solutions ne manquent pas il suffit juste d'un peu de bonne volonté et surtout de le vouloir .

  • Posté par Cornet Philippe, mardi 28 avril 2020, 18:10

    + 1

  • Posté par Dejolier Bruno, mardi 28 avril 2020, 14:42

    La sobriete heureuse, la decroissance. Oui, tout est la, et cela peut se faire aussi en diminuant notre dependance au travail, et retrouver plus de temps pour nous et pour nos proches. Plus de temps pour cuisiner local sans devoir acheter des plats transformes energivores, plus de temps pour pouvoir voyager sans devoir absolument utiliser le moyen de transport le plus rapide et le plus gourmand, plus de temps pour reinventer et reenchanter nos vies en dehors des reseaux sociaux et autres Netflix... Il ne s'agit pas de retourner au Moyen-age, mais de trouver enfin une vie ou tout ce que nous avons appris, tout ce que nous avons developpe est utilise pour le bien de tous, et pas pour servir le Dieu Economie.

  • Posté par VINCENT Patrick, mardi 28 avril 2020, 20:23

    @ Naeije Robert : à vous lire , vous devez aimez la consommation et le neo-libéralisme

  • Posté par Cornet Philippe, mardi 28 avril 2020, 18:12

    +1

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs