Accueil Culture

En attendant de moissonner, Pierre de Lune plante des graines

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Pendant ces interminables semaines de crise sanitaire, on a beaucoup parlé des contrats annulés et de la catastrophe économique que cela provoque dans le secteur culturel. Mais on parle peu de ceux qui continuent de travailler. Parmi les rares chanceux, on compte notamment les artistes rémunérés par Pierre de Lune. En début de semaine, le centre scénique jeune public de Bruxelles recensait 70 jours de contrat. Des journées de travail dont le fruit est à découvrir dans des capsules vidéo sur le site de Pierre de Lune. Danse de mains et de pieds, théâtre d’objet, déclinaison de la vie quotidienne sur fond de toile bruegelienne, ballet de fourmis, acrobaties en cuisine : autant de divagations artistiques créées à la maison pour nous faire patienter jusqu’au tant attendu retour dans les salles.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs