Accueil Société

Dans les prisons, des solidarités nouvelles entre détenus et gardiens

Depuis le début de la pandémie, 13 détenus et 61 gardiens ont été testés positifs au Covid-19. Si tout n’est pas parfait, les tensions du début, causées par l’interdiction des visites, se sont apaisées avec une prise de conscience collective de la gravité du moment.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

La privation de visites et d’activités, imposée aux détenus des prisons belges, exacerbe aussi les tensions dans les établissements pénitentiaires. 400 détenus (en fin de peine et au comportement satisfaisant) ont bénéficié d’une suspension, de l’exécution de leur peine.

Pour ce qui concerne le Covid-19, 13 détenus ont, depuis le début de la pandémie, été testés positifs : deux à Saint-Gilles, un à Forest, un à Marche, un à Marneffe, deux à Namur, deux à Mechelen et quatre à Turnhout. Deux de ces détenus ont entre-temps été libérés. Ce vendredi, on comptait 45 « isolations médicales » (détenus isolés parce qu’ils présentent des symptômes du Covid-19) : c’est neuf de moins que quelques jours plus tôt.

Quant au personnel pénitentiaire, Kathleen Van De Vijver, porte-parole de l’administration pénitentiaire, précise que 61 agents ont été atteints par le virus : « 28 ont été guéris et sont de retour au travail. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs