Système D: utiliser son vieux smartphone comme webcam

Système D: utiliser son vieux smartphone comme webcam
Shutterstock

Le confinement n'a malheureusement pas supprimé les réunions des plannings de ceux qui travaillent. Depuis quelques semaines, les programmes de vidéoconférence ont le vent en poupe : Zoom, Skype, Google Meet, etc...

Malheureusement, on remarque bien vite, en comparant l'image de ses collègues ou de ses proches pendant les fameux apéros en ligne, que toutes les caméras ne se valent pas. Rarement utilisées en temps normal, elles sont souvent de piètre qualité sur les ordinateurs portables et carrément absentes des ordinateurs de bureau.

En temps normal, il suffit de se tourner vers les webcams pour renvoyer la meilleure image possible de soi. Malheureusement, l'incertitude plane autour des livraisons. Par ailleurs, les Etats-Unis connaissent actuellement de nombreuses ruptures de stock de webcam depuis le début de la crise sanitaire.

Heureusement, si un vieux smartphone traîne dans un tiroir, grâce à des applications, il peut facilement être connecté via le réseau à un ordinateur pour servir de caméra d'appoint. Les appareils photo de smartphones, surtout ceux situés dans leurs dos, sont généralement de bonne qualité et peuvent bien souvent remplacer avantageusement la caméra intégrée d'un ordinateur portable.

Le combo Android et Windows

Les possesseurs de téléphone Android pourront télécharger une application comme Droidcam, disponible sur le Play Store. Pour pouvoir connecter le téléphone et l'ordinateur Windows, il faut ensuite installer le programme sur le PC via le site des développeurs. (https://www.dev47apps.com/droidcam/update/)

Attention, pour permettre leur connexion, les deux appareils doivent être connectés sur le même réseau WiFi. Une fois l'installation terminée, le programme demande d'entrer l'adresse IP de l'appareil à connecter. Il suffit alors de lancer l'application sur le téléphone pour connaître son adresse IP. Qu'il suffit de taper dans le programme sur l'ordinateur. Une fois les cases « vidéo » et « audio » cochées, l'ordinateur se met à diffuser ce que filme le smartphone.

Normalement, le téléphone est désormais reconnu comme webcam par l'ensemble des programmes de vidéoconférence. Un petit tour dans les réglages peut être nécessaire pour en faire la caméra par défaut. Il suffit pour cela de sélectionner Droidcamp source comme source vidéo.

Apple facile mais payant

Les utilisateurs d'iPhone ne sont bien sûr pas en reste. Il peuvent télécharger l'app EpocCam sur l'App Store. L'installation est même plus rapide que pour les téléphones android. Ici aussi, il est nécessaire d'installer le client de l'application sur son Mac. Le programme est disponible à cette adresse https://www.kinoni.com/ . Après le lancement du programme sur l'ordinateur, ce dernier détecte directement le téléphone pour peu que les deux soient connectés au même réseau. Il suffit alors de lancer le programme d'appel vidéo.

Si EpocCam est simple à mettre en place, de nombreuses fonctionnalités importantes comme la qualité HD ne sont disponibles que si l'on opte pour la version payante (8 euros).

Vient ensuite l'étape la plus compliquée : trouver comment placer le téléphone pour que l'angle soit acceptable et qu'il tienne en place. Sans matériel sous la main, il est toujours possible de faire coincer le téléphone entre l'écran et le clavier de l'ordinateur. Une pince comme celles utilisées pour fixer les smartphones et GPS dans les voitures pourra parfaitement faire l'affaire. On peut aussi se servir de livres épais pour empêcher le téléphone de glisser...

Sur le même sujet
PolitiqueÉtats-Unis
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’annonce qui a suivi le Codeco rimait avec espoirs déçus.

    Comité de concertation: avec la peur d'une troisième vague, tout espoir est reporté

  2. Hospis

    Coronavirus: un pic à 204 admissions en un jour a calmé toutes les ardeurs

  3. HEALTH-CORONAVIRUS_BELGIUM (2)

    Coronavirus: «S’il y a une leçon à tirer, c’est qu’il faut éviter les effets d’annonce»

La chronique
  • Alexander De Croo, Jean-Marc Nollet et le Doudou: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Alexander De Croo

    A tout seigneur, tout honneur : le Premier ministre ouvre notre rubrique comme il a débuté la semaine, en s’imposant comme numéro un, en reprenant la main tout seul comme un grand pour offrir une leçon argumentée de lutte contre l’épidémie. Pas besoin à ses côtés d’un ministre de la Santé glaçant ou de ministres-présidents agaçants. Le boss de la Vivaldi, c’est Alexander, qu’on se le dise ! On attend la suite, bien entendu…

    La mer

    Comme d’autres au bois de la Cambre ou au parc liégeois de La Boverie, certains de nos compatriotes ont choisi la mer pour prendre un grand bol d’air. On a cru un moment qu’il s’agissait d’un hommage à Charles Trenet décédé vingt ans plus tôt. Vous savez : « La mer qu’on voit danser… » Mais non ! Si ces...

    Lire la suite

  • Les grands masques (de l’Etat) inutiles…

    On peut difficilement envisager pire tuile pour la fiabilité et la force de conviction de la parole publique. Après des mois d’un message poussant et exhortant les gens à porter un masque buccal pour protéger les autres, ne voilà-t-il pas que le ministre de la Santé est obligé de pousser et d’exhorter à ne surtout pas porter le masque que l’Etat a distribué au motif qu’il pourrait nuire à leur santé.

    C’est sur toute une...

    Lire la suite