Système D: utiliser son vieux smartphone comme webcam

Système D: utiliser son vieux smartphone comme webcam
Shutterstock

Le confinement n'a malheureusement pas supprimé les réunions des plannings de ceux qui travaillent. Depuis quelques semaines, les programmes de vidéoconférence ont le vent en poupe : Zoom, Skype, Google Meet, etc...

Malheureusement, on remarque bien vite, en comparant l'image de ses collègues ou de ses proches pendant les fameux apéros en ligne, que toutes les caméras ne se valent pas. Rarement utilisées en temps normal, elles sont souvent de piètre qualité sur les ordinateurs portables et carrément absentes des ordinateurs de bureau.

En temps normal, il suffit de se tourner vers les webcams pour renvoyer la meilleure image possible de soi. Malheureusement, l'incertitude plane autour des livraisons. Par ailleurs, les Etats-Unis connaissent actuellement de nombreuses ruptures de stock de webcam depuis le début de la crise sanitaire.

Heureusement, si un vieux smartphone traîne dans un tiroir, grâce à des applications, il peut facilement être connecté via le réseau à un ordinateur pour servir de caméra d'appoint. Les appareils photo de smartphones, surtout ceux situés dans leurs dos, sont généralement de bonne qualité et peuvent bien souvent remplacer avantageusement la caméra intégrée d'un ordinateur portable.

Le combo Android et Windows

Les possesseurs de téléphone Android pourront télécharger une application comme Droidcam, disponible sur le Play Store. Pour pouvoir connecter le téléphone et l'ordinateur Windows, il faut ensuite installer le programme sur le PC via le site des développeurs. (https://www.dev47apps.com/droidcam/update/)

Attention, pour permettre leur connexion, les deux appareils doivent être connectés sur le même réseau WiFi. Une fois l'installation terminée, le programme demande d'entrer l'adresse IP de l'appareil à connecter. Il suffit alors de lancer l'application sur le téléphone pour connaître son adresse IP. Qu'il suffit de taper dans le programme sur l'ordinateur. Une fois les cases « vidéo » et « audio » cochées, l'ordinateur se met à diffuser ce que filme le smartphone.

Normalement, le téléphone est désormais reconnu comme webcam par l'ensemble des programmes de vidéoconférence. Un petit tour dans les réglages peut être nécessaire pour en faire la caméra par défaut. Il suffit pour cela de sélectionner Droidcamp source comme source vidéo.

Apple facile mais payant

Les utilisateurs d'iPhone ne sont bien sûr pas en reste. Il peuvent télécharger l'app EpocCam sur l'App Store. L'installation est même plus rapide que pour les téléphones android. Ici aussi, il est nécessaire d'installer le client de l'application sur son Mac. Le programme est disponible à cette adresse https://www.kinoni.com/ . Après le lancement du programme sur l'ordinateur, ce dernier détecte directement le téléphone pour peu que les deux soient connectés au même réseau. Il suffit alors de lancer le programme d'appel vidéo.

Si EpocCam est simple à mettre en place, de nombreuses fonctionnalités importantes comme la qualité HD ne sont disponibles que si l'on opte pour la version payante (8 euros).

Vient ensuite l'étape la plus compliquée : trouver comment placer le téléphone pour que l'angle soit acceptable et qu'il tienne en place. Sans matériel sous la main, il est toujours possible de faire coincer le téléphone entre l'écran et le clavier de l'ordinateur. Une pince comme celles utilisées pour fixer les smartphones et GPS dans les voitures pourra parfaitement faire l'affaire. On peut aussi se servir de livres épais pour empêcher le téléphone de glisser...

Sur le même sujet
PolitiqueÉtats-Unis
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «La green card» européenne et le coronapass belge, même combat? Pas tout à fait. Mais ce qui est presque acquis c’est que les deux solutions en cours d’élaboration ne feront, en réalité, qu’une.

    Coronapass: l’Europe et la Belgique avancent à marche forcée

  2. TOPSHOT-PALESTINIAN-GAZA-ISRAEL-CONFLICT

    De l’esplanade des Mosquées à Gaza, l’escalade de la violence

  3. La juge d’instruction Sabine Khéris lors d’une reconstitution.

    Ces femmes qui ont acculé Michel Fourniret aux aveux

La chronique
  • Au-delà de la tribune des militaires, le néofascisme dans le texte

    Entre 1965 et 1976, j’ai, en tant que journaliste grand reporter (qualificatif ridicule, soit dit en passant), couvert tous les coups d’Etat militaires qui, de la Grèce au Chili, du Brésil à l’Argentine, en passant par le Cambodge (et préalablement par l’Indonésie), portèrent au pouvoir des dictateurs galonnés.

    Dans tous les cas, c’est l’activisme d’une certaine ultra-gauche qui, en affaiblissant le camp démocrate, en l’isolant de sa base populaire et en servant d’alibi aux militaires d’extrême droite fit le jeu de ces juntes fascisantes.

    Or, à quoi assiste-t-on ces jours-ci en France ? A une sorte de remake caricatural, à la fois lamentable et ridicule, de ces tragiques événements : des gradés militaires extrémistes, généraux à la retraite compris, qui, arguant du « délitement généralisé », selon eux, de la situation sécuritaire et des excès de l’extrême gauche, évoquent l’éventuelle nécessité d’une intervention de l’armée d’active pour éviter une guerre civile dont ils précisent qu’elle ferait des milliers de morts....

    Lire la suite

  • Un coronapass européen et que ça saute! C’est pas gagné...

    Dans une Union européenne où tout projet concret prend un temps fou, voilà qu’il est question de mettre au point pour l’été un pass permettant aux Européens de voyager d’un pays à l’autre. Et nous sommes… le 11 mai.

    Voilà donc qu’en quelques semaines, l’Union serait capable de définir les conditions d’octroi, de trancher sur la gratuité des tests, de cadrer le cas « Spoutnik », d’organiser la circulation des données et de mettre le document (digital et papier) en place ? Le tout dans...

    Lire la suite