Système D: utiliser son vieux smartphone comme webcam

Système D: utiliser son vieux smartphone comme webcam
Shutterstock

Le confinement n'a malheureusement pas supprimé les réunions des plannings de ceux qui travaillent. Depuis quelques semaines, les programmes de vidéoconférence ont le vent en poupe : Zoom, Skype, Google Meet, etc...

Malheureusement, on remarque bien vite, en comparant l'image de ses collègues ou de ses proches pendant les fameux apéros en ligne, que toutes les caméras ne se valent pas. Rarement utilisées en temps normal, elles sont souvent de piètre qualité sur les ordinateurs portables et carrément absentes des ordinateurs de bureau.

En temps normal, il suffit de se tourner vers les webcams pour renvoyer la meilleure image possible de soi. Malheureusement, l'incertitude plane autour des livraisons. Par ailleurs, les Etats-Unis connaissent actuellement de nombreuses ruptures de stock de webcam depuis le début de la crise sanitaire.

Heureusement, si un vieux smartphone traîne dans un tiroir, grâce à des applications, il peut facilement être connecté via le réseau à un ordinateur pour servir de caméra d'appoint. Les appareils photo de smartphones, surtout ceux situés dans leurs dos, sont généralement de bonne qualité et peuvent bien souvent remplacer avantageusement la caméra intégrée d'un ordinateur portable.

Le combo Android et Windows

Les possesseurs de téléphone Android pourront télécharger une application comme Droidcam, disponible sur le Play Store. Pour pouvoir connecter le téléphone et l'ordinateur Windows, il faut ensuite installer le programme sur le PC via le site des développeurs. (https://www.dev47apps.com/droidcam/update/)

Attention, pour permettre leur connexion, les deux appareils doivent être connectés sur le même réseau WiFi. Une fois l'installation terminée, le programme demande d'entrer l'adresse IP de l'appareil à connecter. Il suffit alors de lancer l'application sur le téléphone pour connaître son adresse IP. Qu'il suffit de taper dans le programme sur l'ordinateur. Une fois les cases « vidéo » et « audio » cochées, l'ordinateur se met à diffuser ce que filme le smartphone.

Normalement, le téléphone est désormais reconnu comme webcam par l'ensemble des programmes de vidéoconférence. Un petit tour dans les réglages peut être nécessaire pour en faire la caméra par défaut. Il suffit pour cela de sélectionner Droidcamp source comme source vidéo.

Apple facile mais payant

Les utilisateurs d'iPhone ne sont bien sûr pas en reste. Il peuvent télécharger l'app EpocCam sur l'App Store. L'installation est même plus rapide que pour les téléphones android. Ici aussi, il est nécessaire d'installer le client de l'application sur son Mac. Le programme est disponible à cette adresse https://www.kinoni.com/ . Après le lancement du programme sur l'ordinateur, ce dernier détecte directement le téléphone pour peu que les deux soient connectés au même réseau. Il suffit alors de lancer le programme d'appel vidéo.

Si EpocCam est simple à mettre en place, de nombreuses fonctionnalités importantes comme la qualité HD ne sont disponibles que si l'on opte pour la version payante (8 euros).

Vient ensuite l'étape la plus compliquée : trouver comment placer le téléphone pour que l'angle soit acceptable et qu'il tienne en place. Sans matériel sous la main, il est toujours possible de faire coincer le téléphone entre l'écran et le clavier de l'ordinateur. Une pince comme celles utilisées pour fixer les smartphones et GPS dans les voitures pourra parfaitement faire l'affaire. On peut aussi se servir de livres épais pour empêcher le téléphone de glisser...

Sur le même sujet
PolitiqueÉtats-Unis
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les théories du complot ont une fonction «anxiolytique»: elles nous rassurent et nous donnent l’illusion de maîtriser ce qui n’est pas maîtrisable.

    Coronavirus: les antivaccins occupent les réseaux sociaux plus que jamais

  2. Alexander De Croo

    Sport, maisons de repos, fêtes de fin d'année: ce qu'on peut faire et ne pas faire

  3. Sept centres Covisan ont été mis en place à Paris et trois en banlieue.

    Coronavirus: Paris, moins rouge que la verte province

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «La vulnérabilité hydrique ou la nécessité de repenser une continuité entre le logement et les espaces publics»

    Avez-vous jamais pensé au nombre de fois que vous avez utilisé de l’eau dans une journée ? À cette gourde que vous avez remplie avant de préparer votre sac ? À cette casserole d’eau mise à bouillir pour des pâtes ou du riz ? À cette vaisselle quotidienne ? À ces quatre ou cinq chasses d’eau tirées chaque jour ? À ce brossage de dents ? Au linge lavé en machine ? À cette douche prise pour vous sentir fraîche/frais et prête/prêt à vous lancer dans la rue ou plonger dans le sommeil ?

    Pour ces multiples usages, les Belges, qu’ils soient riches ou pauvres, consomment chez eux 95 litres d’eau en moyenne par jour et par personne. De cette petite centaine de litres, environ 75 % va à la trilogie « soin du corps, lavage du linge et utilisation des toilettes ». En volume, les usages de l’eau concernent donc avant tout l’intimité, la relation « de soi à soi ».

    La Belgique plutôt bien outillée mais…

    En Belgique, le...

    Lire la suite

  • Courageux. Responsable. Collectif: la situation sanitaire l’impose

    C’est très courageux et hyper responsable. Sans fausse note – apparente –, les dirigeants politiques ont pris les décisions que la réalité sanitaire imposait. Avec pour seul objectif la crise de la santé. Et sur un seul constat : nous sommes toujours en pleine tempête.

    Ce n’est pas une obsession, c’est l’évidence : tant que le virus sera là, rien ne peut reprendre, ni l’économie, ni la vie normale, ni la vie sociale. Parce que le virus, c’est la maladie et encore aujourd’hui à un taux...

    Lire la suite