Accueil Culture Livres

L’amitié à la sauce napolitaine

Le second volet de la saga italienne d’Elena Ferrante

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 2 min

Les lecteurs italiens et américains ont fait d’Elena Ferrante un phénomène de l’édition, réservant un accueil triomphal à chacun de ses romans. Pour combien la part de mystère liée à l’anonymat de l’auteur compte-t-elle dans ce succès ? Difficile de le mesurer.

Homme ou femme ? Vieille ou jeune ? Jusqu’à chez sa traductrice Elsa Damien, qui n’a d’échange avec l’auteur que par un tiers, le secret est gardé, connu de quelques personnes seulement. Et la menace est d’ailleurs claire : si un jour il devait être révélé, Elena Ferrante stopperait net sa carrière.

On ne rigole pas avec un nom. Dans la suite de L’amie prodigieuse, on abandonne le sien pour prendre celui de son époux, à la faveur d’un mariage. C’est celui de Lina, qui ouvre le roman. De l’enfance, celle-ci bascule à l’âge adulte, en épousant Stefano Carraci, à 16 ans à peine, alors que son amie Elena connaît de maladroits premiers émois amoureux.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs