Accueil Belgique

Coronavirus: deux premiers vols de rapatriement de Belgo-Marocains organisés ces 1er et 2 mai

Les Affaires étrangères l’annoncent, les premiers vols décolleront de Casablanca en fin de semaine pour rapatrier une partie des Belgo-Marocains coincés au Maroc.

Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Suite de la longue saga des binationaux bloqués au Maroc par la fermeture des frontières de ce pays, et enfin une bonne nouvelle concrète : les Affaires étrangères belges ont annoncé en fin de journée ce 28 avril que deux premiers vols spéciaux de rapatriement seront organisés à partir de Casablanca en fin de semaine. Voici le communiqué : « Une première liste de personnes en situation de vulnérabilité a été acceptée par le ministère marocain des Affaires étrangères pour un retour en Belgique. Une partie de ces personnes pourra déjà embarquer dans deux avions au départ de Casablanca ce vendredi 1er mai et samedi 2 mai. Ces personnes seront directement contactées par mail par l’ambassade. Les autres seront contactées à leur tour dans les jours prochains en vue des vols suivants. Chacune des personnes autorisées aura une place sur un avion. Il ne sert donc à rien de nous appeler à ce sujet. Tout sera fait pour que chacune des personnes autorisées puisse rejoindre l’aéroport ».

Rappelons que la fermeture des frontières et de l’espace aérien par le Maroc le 13 mars – en mesure de prévention contre le coronavirus – a piégé des milliers de Belges dans ce pays. La Belgique a ensuite pu organiser sept vols les 18 et 19 mars à partir de Marrakech et d’Agadir, destinations surtout touristiques, mais dans ces vols qui ont rapatrié un millier de personnes figuraient environ 40 % de Belgo-Marocains, selon les Affaires étrangères. Qui rappellent aussi qu’une vingtaine de vols commerciaux (Ryanair surtout) ont encore pu décoller aux mêmes dates du nord du Maroc, d’où sont originaires la grande majorité des binationaux. Il n’en restait pas moins que des milliers de Belges demeuraient coincés au Maroc avec un fort sentiment d’abandon. Les réseaux sociaux résonnaient des plaintes émanant de nombreux cas pathétiques de familles séparées, de malades sans leur traitement et de personnes qui risquaient de perdre leur emploi.

Critères familiaux, sanitaires et sociaux

Le ministre belge des Affaires étrangères Philippe Goffin affirmait que c’était le Maroc qui refusait de laisser partir les Belges qui disposaient aussi de la nationalité marocaine. Mais des négociations s’entamaient bientôt entre les deux pays. Elles ont visiblement été ardues, et aboutirent, le 12 avril, à la définition de critères familiaux, sanitaires et sociaux (à prouver par des attestations) qui identifieraient les binationaux belgo-marocains autorisés à rentrer en Belgique par des vols humanitaires spéciaux. Sur les 4.450 demandes ensuite reçues par l’ambassade belge à Rabat, 1.700 remplissaient les critères. Cette liste a été envoyée pour aval aux autorités marocaines le 24 avril. Philippe Goffin a annoncé en commission des Affaires étrangères ce mardi que la liste approchait finalement plutôt le nombre de 1.400 personnes, « certaines attestations ne rentrant pas dans le cadre spécifié ».

Les deux premiers vols seront donc organisés ces 1er et 2 mai à partir de Casablanca, « seul aéroport ouvert à notre connaissance », a précisé Philippe Goffin. Pour les passagers en provenance d’autres régions, comme le Rif dans le nord du pays, des navettes de bus seront organisées. D’autres vols sont prévus pour rapatrier tous ceux qui figurent dans la liste avalisée par le Maroc, le ministre jurant ses grands dieux en commission que « la Belgique fait tout ce qu’elle peut pour rapatrier ses ressortissants sans distinction aucune ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par Biot Philippe, mercredi 29 avril 2020, 18:03

    Sans humour cette période est invivable. Je ris en pensant que ces belgo-marocains ou ces maroco- belgicains vont rentrer chez eux en expliquant à leur famille et à leurs amis qu'ils en ont soupé (ramadan oblige) du Maroc. Il coulera beaucoup d'eau sous les ponts avant qu'ils n'y prennent, à nouveau, un long, un très long congé.

  • Posté par Nicolay Jean-marie , mercredi 29 avril 2020, 11:52

    Il me semble être bien plus humain que son prédécesseur.

Plus de commentaires

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs