Accueil Opinions Cartes blanches

«Penser les réponses de l’école face à la crise sanitaire : trouver des coupables ou frayer de nouveaux possibles ?»

Les analyses de Jean Hindriks et de Kristof De Witte sur les différences d’approches de la politique scolaire entre le nord et le sud du pays depuis le début de la crise du coronavirus, négligent plusieurs dimensions importantes, estiment des professeurs et chercheurs du Girsef.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Sur le site du Soir du 23 avril, Jean Hindriks et Kristof De Witte mettaient fortement en cause la politique scolaire menée en FWB. Selon eux, elle choisissait de « ne rien faire », à rebours de la Flandre. Ni examens, ni enseignement virtuel, ni remise en cause des vacances scolaires. Les auteurs imputaient cette inaction à des craintes mal placées des francophones sur les effets inégalitaires de l’enseignement à distance et de la certification en juin prochain, alors que la Flandre, préoccupée davantage par la qualité de son enseignement, allait de l’avant avec la formation à distance, la reprise des cours, tout en prenant des mesures pour pallier les inégalités, en distribuant des ordinateurs pour faire face à la fracture numérique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs