Accueil Opinions Chroniques

Un poseur, pas de leaders: les gouvernements dézingués au nord du pays

Il va falloir s’accrocher. Au nord du pays, le ton est à la sourde colère et au vocabulaire choc. Des jours après la conférence de presse de la Première ministre Sophie Wilmès et des ministres-présidents régionaux et communautaire, le ton est à l’orage.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 6 min

Trois idées pour une descente en flamme : la Première ministre n’a pas de leadership, ce gouvernement n’est plus crédible et ce pays n’est pas gouverné. Circulez, il faut autre chose. Autant le savoir quand, au sud du pays, on conserve son calme.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

71 Commentaires

  • Posté par FREDERICK Christian, vendredi 1 mai 2020, 11:43

    Il n'a rien d'autre à foutre, GLB, le p'tit kéké de Mons ? Et Elio, la vieille kèkète, qu'est-ce qu'il fout ? Et tous leurs petits collègues politicards qui n'ont rien vu venir de cette crise sanitaire, qui n'ont rien anticipé, rien prévu, qu'est-ce qu'il foutent à part prendre la pose en attendant les prochaines élections ? Aucun de nos politiciens, qui ont pourtant réussi des hautes études et qui se considèrent tous pour plus intelligents que les autres, aucun d'eux n'a anticipé ce genre de crise. Au contraire puisqu'ils n'ont pas renouvelé les stocks de masques par exemple, indispensables en cas d'épidémie. Plus grave encore, ils n'ont cessé dévaloriser les emplois non commerciaux, de décourager les jeunes à entamer des études dans les domaines de la santé et du social. Ces politiciens, tout partis confondus, payés par les citoyens pour utiliser leur soi-disant supériorité intellectuelle à anticiper les problèmes que notre société peut devoir affronter ou le cas échéant à trouver des solutions, ont échoué, avec en prime des morts sur la conscience. Dans une entreprise privée, ils seraient accusés de faute grave et licenciés immédiatement. Alors chers concitoyens, aux prochaines élections, réfléchissez -y car vous allez tout simplement choisir vos prochains bourreaux. Ne plus voter pour aucun de ces vantard, de ces menteurs, de ces incompétents, de ces irresponsables, est le seul geste qui puisse nous en débarrasser en les rendant inutiles !

  • Posté par Vynckier Albert, vendredi 1 mai 2020, 6:13

    du leader au dealer, le chemin n'est jamais très loin

  • Posté par Otte Gérard, jeudi 30 avril 2020, 23:23

    Quel étalage de médiocrités politicardes ! A vomir !

  • Posté par Webber Martin, jeudi 30 avril 2020, 22:12

    Facile (ou pas) à poser les critiques et à torpédo les initiatives alors que vos concitoyens flamands sont ceux qui paient le prix le plus lourd de vos incompétences dans la matière et le refus des politiciens à prendre leurs propres responsabilités. "Mais non, ce n'est pas nous, ce sont les francophones qui nous gâtent". Vieux discours mis à mal par les statistiques des décès et l’immobilisme flamand.

  • Posté par Casier Etienne, jeudi 30 avril 2020, 19:31

    Et pendant ce temps il fait très sec et la pénurie hydrique contraint la Flandre à solliciter les réserves… wallonnes. https://www.lalibre.be/planete/environnement/secheresse-curieusement-la-penurie-hydrique-contraint-la-flandre-a-solliciter-les-reserves-wallonnes-5ea875059978e21833f86578. Il faudra sans aussi régionaliser les aides en cas de catastrophe (sécheresse, montée des eaux etc.)

Plus de commentaires

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs