Accueil Opinions Cartes blanches

«Pour ne pas étouffer les questions hors cadre»

Depuis que s’annonce la phase de déconfinement, les questions échangées dans l’espace public rentrent dans le cadre. En ce qui concerne l’enseignement, il est question d’inégalités mais selon une conception de l’égalité qui s’accommode fort bien d’une société où les places sont très inégales, avertissent dans une carte blanche trois chercheurs.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Au cours de nos vies, nous dépensons beaucoup de temps et d’énergie à chercher des réponses à nos questions, et trop peu de temps à nous interroger sur le bien-fondé de ces questions. C’est encore ce qui se passe en cette période où nous débattons des stratégies de déconfinement. Le risque d’une telle attitude est d’enfermer la réflexion dans un cadre prédéfini, et d’ainsi empêcher ou freiner l’émergence de réponses hors cadre. Définir les questions, les imposer dans le débat public, convaincre de ne pas les remettre à plus tard, c’est exercer un pouvoir. Ce pouvoir est cependant souvent subalterne car ceux qui dictent les questions le font presque toujours en fonction d’un contexte qu’ils interrogent fort peu et qui les rend aveugles à des questions tout autres. Ainsi se trouvent-ils eux-mêmes cadrés par plus puissant qu’eux.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs