Accueil Société Enseignement

Cette fin d’année académique stresse l’immense majorité des étudiants

Cours à distance incomplets, indigence des établissements sur les modalités d’examen, surcharge de travail, logiciel espion électronique… tous les ingrédients sont réunis pour transformer la session de juin 2020 en stress généralisé. La FEF livre au « Soir » sa dernière enquête sur le sujet. Édifiant !

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 4 min

Aux polémiques sur les tests, sur les masques, sur les soins aux personnes âgées, sur les médicaments indispensables… A la polémique sur la réouverture des écoles… succède désormais la grande controverse dans l’enseignement supérieur. Une controverse qu’on pourra résumer en deux citations. Celle d’un académique désarçonné d’abord : « Les étudiants ne se rendent pas compte du discret mais immense travail fourni par leurs professeurs pour poursuivre l’enseignement dans ces conditions ». Celle d’un étudiant désemparé ensuite : « Beaucoup de professeurs ne tiennent pas compte de la situation dans laquelle les étudiants se trouvent, ils alourdissent fortement la charge de travail. En plus, ils continuent malgré les remarques que l’on peut leur faire ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Frippiat Yves-Marie, mercredi 29 avril 2020, 22:57

    Que la FEF produise ce discours catastrophiste, rien de très étonnant. On a un peu la même ligne de conduite, côté enseignants, à la CGSP. En gros, revendication intransigeante et unilatérale. "Mettre un peu d'eau dans son vin" compte tenu des circonstances? Vous n'y pensez pas...

  • Posté par Manuel Kolp, mercredi 29 avril 2020, 20:37

    Foutoir intégral depuis mi-mars. Avec des autorités académiques complètement incohérentes qui n'écoutent pas, même pas fichues de défendre dans les médias leurs profs qui mettent leur tripes sur la table. Sans ça, ça ferait des unifs dans les choux avec des dizaines de milliers d'étudiants qui déconfineraient.

  • Posté par frederick joly, mercredi 29 avril 2020, 20:27

    5000 réponses sur 200.000 étudiants...hum.. soit 2.5%...que dire de la photo d'illustration où on voit un etudiant qui est loin d'être dans le besoin... d'un côté il y a des étudiants qui veulent des examens "light" et de l'autre des étudiants qui ont peur que leur diplôme soit dévalorisé au vu des circonstances actuelles... pas sûr que la réussite au rabais les rassure....

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs