Accueil La Une Monde

Ce sont les Turcs qui nous «tiennent»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Voilà ce qui s’appelle se faire mener par le bout du nez ! Le sommet avait à peine démarré, hier en milieu de journée, que la chorégraphie de la rencontre décidée par le président du Conseil européen Donald Tusk était déjà réduite à néant : des « nouvelles propositions turques » allaient conduire les Vingt-huit à jouer les prolongations, jusque tard dans la soirée.

En réalité, les « nouvelles propositions turques » avaient été longuement concoctées, jusque tard dans la nuit de dimanche à Bruxelles, entre Davutoglu, la chancelière allemande Merkel et le Premier ministre néerlandais Rutte, dont le pays assure la présidence semestrielle rotative de l’UE. Mais l’ordre du jour du sommet a bel et bien été largement déterminé par la Turquie, pays non membre qui négocie son adhésion à l’UE depuis dix ans, sans garantie – et dont les Européens espèrent désespérément la « coopération » : pour retenir chez elle quelque 2,7 millions de désespérés.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs