Les Affaires étrangères confirment l’arrestation en Italie de Cosimo Solazzo, impliqué dans l’assassinat d’André Cools

Les Affaires étrangères confirment l’arrestation en Italie de Cosimo Solazzo, impliqué dans l’assassinat d’André Cools
Photo News

Cosimo Solazzo, condamné en Belgique pour avoir participé à l’assassinat du ministre d’Etat André Cools en 1991, a été arrêté à Veglie (province de Lecce, sud de l’Italie), a confirmé mercredi soir le porte-parole des Affaires étrangères belges, Arnaud Gaspart, comme il l’avait fait plus tôt dans la soirée à la RTBF.

« Nous avons eu confirmation via notre ambassade à Rome que Cosimo Solazzo a été arrêté par les carabiniers de Veglie sur la base du mandat d’arrêt européen émis par la justice belge », a déclaré le porte-parole à l’agence Belga, après que la presse italienne eut annoncé, dans l’après-midi, l’arrestation de cet homme de 72 ans, qui avait écopé de 20 ans de prison devant la cour d’assises de Liège en janvier 2004.

Le septuagénaire est placé aux arrêts domiciliaires dans l’attente du placement d’un bracelet électronique, précisait la presse italienne.

Le ministre d’Etat André Cools, ex-président du Parti socialiste (PS), avait été abattu par deux tueurs tunisiens le matin du 18 juillet 1991, vers 07h25, dans le quartier de Cointe à Liège. Les deux tueurs avaient été condamnés à Tunis en 1998 à 25 ans de prison.

Une fuite avant le procès

Après une très longue enquête, un premier procès d’assises avait été organisé à Liège pour juger les autres protagonistes de ce dossier. Douze semaines de procès avaient conduit à des premières condamnations prononcées en Belgique le 7 janvier 2004.

Cosimo Solazzo, né le 24 août 1948, avait été condamné par défaut à 20 ans de prison lors de ce premier procès. Il avait pris la fuite en Italie lors de l’été 2003, quelques mois avant le début du procès, sans en informer son avocat qui envisageait alors de plaider l’acquittement.

Cosimo Solazzo était accusé par le parquet général, sur la base des déclarations des tueurs, d’avoir loué le garni qui avait servi à héberger ces tueurs. Les tueurs lui attribuaient un rôle majeur, expliquant qu’il les avait véhiculés lors de repérages. Il avait été condamné pour sa participation aux faits.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous