Formule 1: l’Autriche veut des garanties pour permettre son Grand Prix en juillet

photo news
photo news

L’autorisation du gouvernement à la tenue de cet événement « dépend entièrement du concept de sécurité que les organisateurs présenteront », a déclaré Rudolf Anschober sur la radio publique Ö1.

« Nous n’autoriserons de tels événements que dans des conditions très strictes et bien sûr, je pense que cela va sans dire, sans public », a ajouté le ministre.

Le critère de décision sera de savoir s’il existe un risque d’infection et le gouvernement attend à cet égard la présentation d’un nouveau concept de sécurité de la part des organisateurs. « Nous avons fait notre part », a déclaré à l’agence APA le ministère des Sports.

Le gouvernement souhaite notamment que l’événement soit organisé en « circuit fermé », c’est-à-dire sans contact avec la société locale, à l’exception des Autrichiens impliqués dans la gestion de la course.

Des médias autrichiens ont évoqué l’organisation de vols spéciaux pour acheminer les écuries.

La F1 a annoncé lundi, par un communiqué de son PDG Chase Carey, « viser » un début de saison en Autriche le 5 juillet, probablement « sans spectateurs », alors que le premier GP, annulé in extremis à cause du nouveau coronavirus, aurait dû se dérouler en Australie mi-mars.

L’Autriche estime avoir contenu la pandémie de nouveau coronavirus sur son territoire et se prépare à lever la plupart des restrictions en vigueur depuis la mi-mars.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous