Accueil Opinions Chroniques Vous avez de ces mots

{rouvrir} ou {réouvrir}? Inutile de sortir de vos gonds…

Quand une dispute byzantine s’avère être une querelle d’Allemand…

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 5 min

Baguenaudant sur les réseaux sociaux – confinement oblige ! –, je découvre, il y a quelques jours, ce gazouillis  : « Je suis absolument désolé mais il faut arrêter avec “réouvrir”. C’est “rouvrir”. » Peu ébranlé par cette injonction, je passe à la concurrence pour découvrir, sur Facebook, un post du même tonneau  : « Marre qu’on “réouvre”  ! On rouvre, ndd ». Ayant constaté que des collègues linguistes se chargeaient de répondre illico à ces interpellations comminatoires, j’ai regagné ma thébaïde, le cœur serein.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

23 Commentaires

  • Posté par Rahier Pierre, lundi 4 mai 2020, 14:40

    @ Coets Jean-Jacques - "On interdisait d'écouter Brassens ou Brel, de lire Hergé ou Franquin, parce qu'ils parlaient comme les gens..." D'où sortez-vous cette interdiction ? J'ai pu les écouter et les lire sans devoir me cacher... Je n'étais pas le seul, loin s'en faut, dans mon entourage (famille, amis). Parlaient-ils comme les gens, peut-être ? Mais ils n'écrivaient certes pas comme les gens et cette "distanciation" était la raison principale, selon moi, de leur succès.

  • Posté par Coets Jean-jacques, mercredi 6 mai 2020, 14:14

    Il ne s'agissait pas d'une interdiction formelle, bien entendu ! Mais l'école, les parents, l'église aussi, voyaient ces auteurs d'un très mauvais œil (ou oreille pour Brassens et Brel). Mon père me racontait souvent qu'il écoutait Brassens en cachette, ou que des soirées étaient annulées si des parents découvraient des disques de Brel ou Brassens car ils étaient vulgaires ou grossiers. Quant aux bds, elles n'ont pas toujours eu leurs lettres de noblesse, il s'en faut de beaucoup ! Mes propres grands-parents ne comprenaient pas que mes parents dépensent leurs sous pour m'en offrir.

  • Posté par Rahier Pierre, lundi 4 mai 2020, 14:24

    @ Coets Jean-Jacques - Je ne supporte pas le verbe" impacter", parce qu'il a envoyé les autres verbes aux oubliettes : affecter, toucher, heurter, ébranler, perturber et tous leurs synonymes. Et c'est très malheureux.

  • Posté par Coets Jean-jacques, mercredi 6 mai 2020, 12:31

    Mais non ! On a gagné un verbe. Tous ceux que vous donnez n'ont pas exactement le même sens. Ainsi, je dirai que nous sommes tous touchés par la crise qui impacte considérablement notre tissu social. Vous devriez essayer de voir le verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide

  • Posté par Coets Jean-jacques, samedi 2 mai 2020, 23:12

    Comme très souvent cette rubrique essaye de nous pousser à plus de tolérance linguistique, à plus d'ouverture lexicale, à une approche grammaticale plus humble de la langue française. Cependant, le chemin semble encore très long, tant les francophones semblent, chacune et chacun, dépositaires d'un savant langage qui par une magie insoupçonnée mais combien pesante devrait s'imposer à tous. Et, dans une modestie de bon aloi, j'aimerais contribuer à ce combat donquichottesque (terme inconnu du Larousse mais repris par le TFL) contre le parler pédant ! 1. Un dictionnaire ne crée jamais l'usage, il le consacre ! (avec 4 à 5 ans de retard). Ainsi, dans les années 90, certains lecteurs du Soir se plaignaient de l'irruption de mots tels que "refinancement" ou "dysfonctionnement" sous le prétexte qu'ils n'étaient pas repris dans les dictionnaires. Ceci est fait de longue date, et même mon correcteur informatique les accepte ! 2. Depuis plusieurs décennies, la noble dame du quai de Conti ne compte plus aucun linguiste, grammairien, ou lexicologue, rien, nada, niente, personne ! Son plus récent dictionnaire complet date de 1935, la 9e édition est incomplète ; le tome 3 date de 2011 et on ne compte plus les addenda en attendant le tome 4 (nous en serions à sérénissime, éloquent !). Pour ceux que la chose intéresse, des termes comme "moniale" ou "maïeur" y font des apparitions au gré des éditions, sans trop savoir pourquoi... 3. La langue appartient à tous ceux qui la parlent ! Est-il nécessaire de souligner ici que la grande majorité des francophones n'habitent pas la France, ni même l'Europe !? Une "essencerie" est une pompe à essence en Afrique francophone, spécifiquement au Sénégal ; la primature désigne la résidence du premier ministre dans les anciennes colonies belges... au nom de quoi pourrions-nous condamner ces usages ?! 4. Comme le rappelle à juste titre M. Francard, les interdits, les tabous, les dogmes, et les ukases ne reposent sur rien, absolument rien, et encore moins que rien : On m'a toujours enseigné, ma mère m'a toujours dit, j'ai souvent lu, il ne convient pas.... Et puis...?! Rien, la traversée du disert (Merci à Achille Talon) ! 5. Le grand Voltaire lui-même décrivait les règles d'accord du participe passé avec "avoir" comme plus funestes que la syphilis, rapportées toutes les deux par Clément Marot de ses voyages en Italie. Le fameux Bescherelle recommande de s'abstenir de faire l'accord dans de nombreux cas, car il n'y a aucun accord (!) parmi les grammairiens.... Comme pour le système politique belge, celui qui prétend l'avoir vraiment compris est un menteur, ou il n'y a rien compris ! 6. Et si on laissait les gens parler comme ils aiment parler... ce ne serait pas tellement plus simple ? On interdisait d'écouter Brassens ou Brel, de lire Hergé ou Franquin, parce qu'ils parlaient comme les gens ; pas ceux qui veulent réglementer la langue ou la prescrire, voire vivre avec des interdits ! 7. Addenda : déconfinement est déjà (hélas) repris dans de nombreux dictionnaires (Reverso) ou sites (Wikipedia) et mon correcteur ! Pour celui, comme dans les pages du Figaro, qui veut insister sur le fait que ce mot n'existe pas, je l'invite à sortir ce 4 mai sans masque dans les couloirs du métro bruxellois ! On notera que ce mot n'a pas de traduction en anglais ni en néerlandais (pas plus que "confinement" pour cette dernière selon Ivo De Vadder), Français un point ! Et que vive cette merveilleuse langue que j'enseigne depuis plus de 35 ans avec passion et amour, avec l'anglais ma 2e langue maternelle !

Plus de commentaires

Aussi en Vous avez de ces mots...

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs