Accueil Économie Entreprises

Le CEO de Liège Airport perd son procès: son salaire sera bel et bien plafonné

Refusant que son salaire de 430.000 euros soit raboté, Luc Partoune, directeur-général de l’aéroport liégeois, avait cité ce dernier devant le tribunal du travail. Il réclamait des arriérés de rémunération ainsi que des dommages et intérêts. La justice l’a débouté.

Info « Le Soir » - Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 3 min

Fin juin 2018, poussé dans le dos par le décret gouvernance publié six semaines plus tôt, le conseil d’administration de Liège Airport décidait de réduire à 260.000 euros brut environ la rémunération annuelle de ses dirigeants. A commencer par celle du CEO Luc Partoune, qui gagnait alors 430.000 euros par an. Une mesure d’économie qui ne fut pas adoptée de gaieté de cœur par son employeur, à en croire le ton de ce courrier que l’aéroport fit parvenir le 2 juillet 2018 au CEO. « Pour se conformer au décret, nous sommes contraints d’adapter, à partir de ce mois de juillet, votre rémunération afin qu’elle corresponde au plafond imposé par le décret. Cette décision nous est imposée par le décret qui ne nous laisse aucune liberté d’action ni marge de manœuvre. (…) Croyez bien que nous regrettons de devoir agir en ce sens et que le conseil d’administration vous maintient toute sa confiance pour l’exécution de votre fonction de directeur général. (…) ». En désespoir de cause, bien décidée à retenir son patron, la société avait aussi – vainement – sollicité une dérogation du ministre-président wallon.

« Retrouver sa situation financière »

Plusieurs stratégies s’offraient alors au directeur-général mécontent : introduire un recours contre le décret wallon devant la Cour constitutionnelle – ce que la compagnie d’assurances liégeoise Integrale fera fin 2019 mais sans obtenir satisfaction sur le point des rémunérations  –, démissionner de la société ou encore la quitter avec fracas en dénonçant devant le tribunal du travail la modification d’une des clauses essentielles de son contrat de travail.

Désireux à la fois de rester à la tête de l’aéroport et de voir rétablie sa rémunération originelle, Luc Partoune choisit une autre voie, « pour le moins originale » spécifient les magistrats dans le jugement : forcer Liège Airport à ignorer un décret qu’il estimait inconstitutionnel et à maintenir donc la rémunération de 430.000 euros contractuellement prévue. Ce qu’il a plaidé devant le tribunal du travail de Liège.

Rappelant que Luc Partoune a fait choix de ne pas saisir la Cour constitutionnelle, le tribunal estime qu’il doit « en assumer les conséquences » et qu’aucun arriéré de rémunération – il réclamait 64.826 euros – ne lui est dû. Quant aux 25.000 euros à titre provisionnel que le CEO réclamait pour préjudice moral, ils sont eux aussi balayés, les magistrats relevant dans leur jugement du 28 février que M. Partoune n’a subi aucun dommage et qu’il tentait « seulement à tout prix de retrouver la situation financière qui était la sienne avant l’adoption du décret. »

Contacté par « Le Soir », Luc Partoune n’a pas souhaité commenter cette décision de justice et « parce que le confinement complique tout », dit n’avoir pas encore su se concerter avec son avocat afin de décider d’un éventuel pourvoi en appel.

Son employeur, Liège Airport, n’a pas davantage souhaité réagir.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

21 Commentaires

  • Posté par Otte Gérard, jeudi 30 avril 2020, 22:43

    La partouze sans le partoune ?

  • Posté par lucien Orban, jeudi 30 avril 2020, 22:04

    Ce bonhomme ne quittera pas son emploi par une démission fracassante, il n'est pas qu'étiqueté PS ce n'est pas lui qui gère, c'est une équipe avec le hérisson Happart qui n'a même plus le droit de piste, qui lui a été retirée par la sûreté de l'État. En voilà deux qui devraient être viré pour non-respect des ordres donné par la région leurs supérieurs, mais Magnette ayant refusé de donner ces comptes de cabinet en 2015, 2016 et 2017 alors qu'il était à la région, que peut-elle encore faire quand même un ministre refuse de respecter des lois belges et européennes.

  • Posté par Dechamps Pascal , jeudi 30 avril 2020, 21:19

    Avant de juger, il faudrait sans doute s'interroger sur la rémunération comparative normale du DG d'un aéroport de taille et fonction similaire.

  • Posté par jose niesten, jeudi 30 avril 2020, 18:49

    Malec, tu dois avoir l'habitude de manger dans la main de ce genre d'escrocs ou tu es de mèche avec eux.

  • Posté par Piersoul Alain, jeudi 30 avril 2020, 18:36

    Suggestion : démission?

Plus de commentaires

Aussi en Entreprises

Conflit social chez Lidl: les magasins à nouveau ouverts

Les magasins Lidl ont rouvert après être restés portes closes ces derniers jours en raison d’une grève. Dans certains d’entre eux, le personnel a eu besoin de temps pour tout remettre en ordre mais ces commerces ont également recommencé à accueillir des clients.

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références références Tous les jobs