Accueil Monde

Israël, une «villa dans la jungle»?

La société israélienne se replie sur elle-même sur son flanc droit et croit la paix impossible avec les Palestiniens. Le gouvernement, une alliance de partis de droite et d’extrême droite, n’en demande pas tant...

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Elie Podeh, politologue israélien, arbore un petit sourire mi-figue mi-raisin en s’adressant à une délégation de six députés ou sénateurs belges de passage à Tel-Aviv : «  Avec tout ce qui se passe dans la région, le monde arabe qui se déchire, la Syrie en pleine guerre civile, eh bien ! le conflit israélo-palestinien a été complètement marginalisé. Il est sorti des radars internationaux. C’est sûrement tout bénéfice pour le gouvernement israélien. Celui-ci a d’ailleurs repris l’expression de l’ancien Premier ministre travailliste Ehoud Barak qui avait naguère qualifié Israël de “villa dans la jungle”. Pire : le 9 février, Binyamin Netanyahou a fait une déclaration retentissante, en disant que notre pays devait ériger des protections pour se défendre contre les bêtes sauvages ”  »...C’est la déshumanisation de l’ennemi.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs