Accueil Société

Trop ouverte, la banque de données sur les terroristes risque des fuites

Au moins 47 institutions ont un accès direct ou indirect à la banque de données commune sur les djihadistes et les extrémistes violents. Un rapport craint de possibles fuites incontrôlées de l’information.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

La base de données commune (BDC) sur les combattants terroristes et les prédicateurs de haine est accessible à un trop grand nombre de personnes et d’institutions, ce qui fait courir un risque de fuite de ces informations ultrasensibles. C’est la conclusion majeure d’un rapport conjoint des organes de contrôle des services de renseignement (le Comité permanent R) et de l’information policière (le COC), dont Le Soir et Knack ont obtenu copie.

Créée en 2016 pour lister tous les combattants djihadistes, la BDC a été progressivement élargie aux prédicateurs de haine, aux radicalisés potentiellement violents et aux condamnés pour terrorisme. Aujourd’hui, ce fichier contient pas moins de 677 noms selon les informations de l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (Ocam), responsable opérationnel de cette base de données. Un fichier aux informations extrêmement sensibles.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par lucien Orban, dimanche 3 mai 2020, 9:55

    C'est ce qui arrive, quand ce ne sont pas ceux qui la créent et qui décident en accord avec le gouvernement, qui aura le droit de consulter, je ne doute pas que vous ayez "les droits de l'homme" comme consultant autorisé et que tous qui se disent adepte du droit des hommes pourrait la consulter sans en rendre compte à qui que ce soit et ici, ce n'est qu'un exemple sur un sujet controversé qu'est le pouvoir de cette organisation ou de ceux qui s'occupent du racisme, sans pour autant nier leurs droits autres que de consulter cette base de données. Ces deux organisations ont de par le passé défendu Julian Assange dirigeant de Wikileaks, le gendre de Trump lui qui a reconnu que le piratage des mails du Parti démocrate était le fait des Russes mais "qu'il n'en avait rien à foutre de l'origine des mails proposé" et transmis par Assange pour combattre le candidat qui ne plaisait pas à Poutine. Poutine qui a comme ami motard le patron du Parti fasciste Russe, celui qu'il appelle son frère.

  • Posté par G Jean Luc, vendredi 1 mai 2020, 16:21

    Bah, ce n'est pas que chez nous! quand on voit le nombre de bases de données qui fuitent malgré tous les 'rassurez vous, on vous protège bien' C'est un peu pour ça que quand on me dit de ne pas me tracasser ... je me tracasse. A l'heure actuelle peut-être 1 site sur un millier n'utilise pas de scripts google, google qui est un des plus gros espions (avec tous les réseaux pas très sociaux).

  • Posté par lucien Orban, dimanche 3 mai 2020, 10:15

    Pourquoi s'abonner ou d'utiliser Google s'il est cet espion que vous décrivez, me direz-vous que tous son si stupide qu'il n'en aurait rien à battre, comme le disent si bien nos jeunes. Mais oui je sais, tout ce qui vient des USA est corrompus par l'argent, mais eux au moins ils sont fiers de leur pays contrairement à vous qui avec d'autres montrer le vôtre comme un foutoir et où il n'est pas mal vu d’être bien payé ou d’être riche.

  • Posté par Druide David, vendredi 1 mai 2020, 14:42

    Mais quel foutoir ce pays!

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs