Un juge déboute les footballeuses américaines réclamant l’égalité salariale

Megan Rapinoe et Alex Morgan
Megan Rapinoe et Alex Morgan - Photo News

Dans sa décision de 32 pages, le juge Gary Klausner de la Cour de district des États-Unis pour la Californie centrale à Los Angeles, saisi en référé, a rejeté l’argument de discrimination salariale des plaignantes.

Il a néanmoins renvoyé à un jugement ultérieur leurs griefs sur l’inégalité de traitement dans le logement, les voyages et d’autres domaines. Un procès doit débuter le 16 juin.

En attendant, c’est un coup très dur encaissé par les joueuses de l’équipe nationale, dont la star de l’équipe et militante féministe Megan Rapinoe, qui luttaient pour leur cause depuis plusieurs années. «Elles vont faire appel», a indiqué leur porte-parole Molly Levinson.

Dans son jugement, le juge explique que les plaignantes ont par le passé refusé un accord qui leur aurait permis d’être payées équitablement avec les joueurs de l’équipe nationale masculine.

«L’historique des négociations entre les parties démontre que l’équipe féminine a rejeté une proposition pour être payée sur la même base salariale que l’équipe masculine, et qu’elle a renoncé à des primes plus élevées en guise d’avantages, parmi lesquels une rémunération de base plus élevée et la garantie d’un plus grand nombre de joueuses sous contrat», a-t-il établi.

«Nous sommes choquées et déçues de la décision d’aujourd’hui, mais nous n’abandonnerons pas notre travail acharné pour un salaire égal», a réagi Molly Levinson dans un communiqué.

Les joueuses de l’équipe américaine, qui dominent le football mondial, ont remporté quatre des huit Coupes du monde féminines, dont les deux dernières en 2015 et 2019. Elles réclamaient un arriéré de salaire de 66 millions de dollars en vertu de la loi sur l’égalité de rémunération.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous