Accueil Belgique Politique

Bart De Wever veut négocier avec le PS: «Mais veut-il être à la table?»

Pour le président de la N-VA, à l’expiration des pouvoirs spéciaux en juin, un véritable gouvernement doit être mis en place.

Temps de lecture: 2 min

Le président de la N-VA Bart De Wever a répété, dans une interview au journal flamand De Zondag, que son parti veut retourner à la table des négociations avec le PS pour la formation d’un gouvernement dès que les pouvoirs spéciaux du gouvernement auront expiré. «C’est la seule possibilité pour un gouvernement fort», a-t-il déclaré.

De Wever critique le leadership au Conseil national de sécurité

Bart De Wever s’est dit «modérément satisfait» du plan de déconfinement. Il a, par ailleurs, affirmé que le «leadership fédéral» au sein du Conseil national de sécurité est faible, bien qu’il ne vise pas personnellement la Première ministre Sophie Wilmès. «Elle ne peut pas prétendre être Première ministre d’un gouvernement sans majorité. Elle n’a pas non plus le pouvoir ou le charisme nécessaire pour un leadership fort.»

Pour Bart De Wever, à l’expiration des pouvoirs spéciaux en juin, un véritable gouvernement doit être mis en place. Il a d’ailleurs exprimé le souhait de son parti à retourner à la table des négociations avec le PS. «Mais le PS veut-il être à la table des négociations? Je ne pense pas. J’ai l’impression que ce parti a renoncé au niveau fédéral.»

Le président de la N-VA a précisé ne pas craindre une coalition Vivaldi, sans son parti, mais plutôt un nouvel épisode d’affaires courantes. «Il faudra attendre que les gens en aient vraiment marre. Et alors la réforme confédérale sera sur la table», a-t-il expliqué.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

37 Commentaires

  • Posté par Van Obberghen Paul, dimanche 3 mai 2020, 13:53

    Je ne vois pas ce qui pourrait amener le PS à changer son point de vue sur la NVA qui est et reste "Avec le PS et sans la NVA, ou avec la NVA et sans le PS". Certainement pas le comportement de la NVA dans la gestion de la crise sanitaire. Dans l'absolu, il reste souhaitable que les 2 plus grands partis du pays puissent s'entendre, à défaut de partir en vacances ensemble, et une coalition à 5 ou 6 partis est préférable à une coalition à 7 voir 8 partis. Mais le Coronavirus est passé par là qui pourrait faire que le CD&V ait revu sa position exclusive vis-à-vis de la NVA, ouvrant la porte à la coalition Vivaldi. Si le CD&V campe sur sa position et le PS de même, le retour aux urnes est innévitable.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, dimanche 3 mai 2020, 11:41

    Et agnagni, et agnagna.

  • Posté par Van Obberghen Paul, dimanche 3 mai 2020, 14:01

    @ Laurette Pahaut. Je suis à l'exact opposé de Bart De Wever et de la NVA en ce qui concerne son programme institutionnel, mais Bart De Wever, en tant que Président du 1er parti de Belgique, ce qu'on oublie un peu rapidement, est parfaitement légitime à s'exprimer sur la crise politique. Autant que dernièrement Paul Magnette et George-Louis Bouchez. Que la personne hérisse le poil de beaucoup, c'est compréhensible, mais lui interdire la parole n'est pas démocratiquement acceptable. S'en moquer (assez bêtement, pour certains) n'est pas plus productif, et ne fait rien d'autre que justifier ses velléités confédéralistes.

  • Posté par PAHAUT Laurette, dimanche 3 mai 2020, 13:51

    Je ne dirais pas le nain d'Anvers, je dirais le roquet d'Anvers ; quand, pendant quelques jours on ne parle pas de lui, marri que le coronavirus lui ait pris la place, ce qu'il ne supporte pas, il aboie et gesticule sans aucune pertinence dans son coin.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, dimanche 3 mai 2020, 11:48

    Ceci vise Grincheux, le nain d'Anvers

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une