Le 3 mai 2015, Eden Hazard entrait définitivement dans la légende des Blues de Chelsea

Photonews
Photonews

Les plus fidèles supporters de Chelsea se souviennent dans les moindres détails de ce 3 mai 2015. Virevoltant, déroutant, Eden Hazard est accroché dans la surface de réparation de Palace. Sans la moindre hésitation, l’arbitre indique le point de penalty. Eden Hazard s’empare du ballon, sa frappe est repoussée pas le portier de Crystal Palace mais pas assez pour écarter définitivement le danger. Sans trembler, le petit Eden ne loupe pas la deuxième chance qui lui est offerte et parvient à envoyer le cuir au fond du but d’une subtile tête décroisée. Tout un symbole.

Rien ne peut désarçonner l’actuel capitaine des Diables rouges. Et certainement pas cette saison-là au cours de laquelle il marche littéralement sur l’eau.

Une saison d’une régularité inouïe

Même si ses statistiques n’ont pas de quoi faire pâlir les Messi et Ronaldo, avec 19 buts et 13 passes décisives, Eden Hazard contribue activement à l’exceptionnelle saison d’un Chelsea dirigé par José Mourinho. Special One avait fait de son meneur belge le maître à jouer, l’homme clé de l’équipe.

Au début de la saison 2014-2015, deux ans après son arrivée chez les Blues en provenance de Lille, Eden Hazard hérite enfin du nº10 suite au départ de l’international espagnol Juan Mata à Manchester United. Cela semble le transcender. Les responsabilités, il aime cela et les assume en toute décontraction.

«  Le plus dur, c’est d’être régulier. Il ne faut pas faire un match top, un match moins bien, puis deux matches top… Sur les 38 matches de championnat, il faut en faire 38 bons. C’est ça que les très grands joueurs arrivent à faire », avouera-t-il. Cette saison-là, il n’en manque aucun. Une performance époustouflante dans une compétition aussi exigeante sur le plan physique et mental.

Alors âgé de 24 ans, Eden Hazard a gagné en maturité tout en conservant son petit grain de folie, son éternel besoin de s’amuser sur un terrain, ce qui fait tout simplement sa marque de fabrique et qui en fait un joueur hors normes apprécié de tous les amoureux du ballon rond.

Eden Hazard, le meilleur dribbleur de la Premier League, confirme cette saison-là qu’il mérite bien sa place à la table des plus grands.

Un an après avoir été élu « meilleur jeune de Premier League », ses pairs le plébiscitent. Il est ainsi désigné, le 27 avril 2015, « meilleur joueur du championnat d’Angleterre ». Premier belge à obtenir une telle distinction, il aura ces mots qui le caractérisent à merveille : « Je ne sais pas si je mérite de gagner, mais c’est bien pour moi ». Bien pour lui et pour Chelsea qui a visé juste en l’attirant à Stamford Bridge.

Une pluie de trophées

Lors de l’été 2012, Roman Abramovitch, le richissime propriétaire russe de Chelsea, n’avait pas hésité à sortir le chéquier et à débourser 40 millions d’euros pour un gamin de 21 ans qui avait mis, à lui seul, Lille sur le devant de la scène en France.

Eden Hazard devait permettre aux Blues de garnir à nouveau leur armoire à trophées. Pari gagné.

En sept saisons passées à Chelsea, le Brainois (352 matches, 110 buts, 91 assists) a remporté deux titres en Premier League, une FA Cup ainsi qu’une League Cup et enfin deux Europa League (la première, en 2013, il manque la finale en raison d’une blessure et lors de la deuxième, en 2019, il est élu homme du match face à Arsenal avec un doublé en prime).

Il ne lui manque finalement qu’une Ligue des champions. Un vide qu’il pourrait combler dans les prochaines années avec le Real Madrid !

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous