Didier Frenay lance «Bonne étoile» pour venir en aide aux familles en difficulté

@News
@News

«  Je dois avouer que les événements récents m’ont fait réfléchir sur beaucoup de choses, une d’entre elles est de me rendre compte de la chance qui est la mienne. Comme beaucoup d’enfants je rêvais de devenir joueur de foot professionnel, un rêve qui s’est réalisé. Ensuite j’ai eu la chance que ma reconversion me donne la possibilité de continuer à vivre de ma passion, ce qui aujourd’hui est un luxe énorme, même si rien ne m’a été offert et ma situation actuelle est la récompense d’années de travail, je me rends compte que je suis privilégié. Beaucoup de challenges apparaissent sur les réseaux sociaux et ils sont géniaux et importants dans ces moments difficiles. Je n’ai rien contre les donations à différents organismes ou à des associations mais je préfère un don direct sans perdre l’euro entre les donateurs et leurs bénéficiaires. Aujourd’hui, le drame n’est pas le manque de masque ou de gel. Le véritable drame, ce sont toutes ces familles qui ne savent pas comment payer leurs factures ou nourrir leurs enfants… »

C’est ainsi que Didier Frenay introduit, sur Facebook, le challenge qu’il lance et qu’il a décidé d’intituler « Bonne étoile ». L’agent de joueurs, qui gère notamment les intérêts d’Alexis Saelemakers et Victor Oshimen au sein de sa société Star Factory, s’adresse prioritairement à ceux qu’ils côtoient dans le cadre de son travail, qu’ils soient joueurs, entraîneurs, managers, agents, les invitant à s’engager à devenir la bonne étoile d’une famille dans le besoin, pour, comme il le dit, « rendre à ces familles le sourire et l’espoir ». Comment ? En acceptant de verser un certain montant par mois, et ce durant une période d’un an.

« Ce projet se veut dédié à 100 % à l’humain », explique Didier Frenay qui envisage de permettre aux gens désireux de devenir la bonne étoile d’autres de remplir un formulaire, tandis qu’un tirage au sort aurait lieu pour déterminer le nom des familles à qui une aide financière serait apportée. « Ce dont j’ai vraiment envie, c’est qu’il y ait un lien direct entre le donateur et le bénéficiaire, qu’un contact soit noué entre tous les deux », conclut Didier Frenay, qui entend « structurer l’initiative et organiser les dons pour venir le plus vite possible en aide à ces familles dans le besoin… Bien sûr, on ne pourra pas aider tout le monde mais si chacun apporte sa pierre à l’édifice, beaucoup de familles pourront retrouver le sourire… »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • @Belga

    Par Philippe Gerday

    Standard

    Petit coup d’arrêt pour Cimirot au Standard: le déplacement en Écosse se fera sans lui

  • Les mines n’étaient pas rassurées après la contre-performance de vendredi dernier à Eupen. @Belga

    Par Cédric Martin

    Charleroi

    Charleroi reçoit Waasland-Beveren: de match bonus à match de la peur

  • @News

    Par Cédric Martin

    Charleroi

    Infirmerie: Bruno, le plus proche d’un retour à Charleroi

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous