Accueil Monde

Protester au temps du coronavirus et du confinement

Faire cesser les protestations, renvoyer les manifestants chez eux : le confinement a réussi là où les gouvernements avaient échoué. Mais la colère qui avait poussé il y a quelques mois des millions de citoyens à s’exprimer à travers le monde gronde toujours.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

C’était il y a quelques mois, mais on a l’impression qu’il s’agit d’un autre monde. Souvenez-vous de ces foules résolues qui, de Hong Kong au Chili en passant par l’Irak et l’Algérie, remplissaient semaine après semaine les centres-villes pour protester contre la hausse des prix, la corruption des élites, les inégalités sociales, la mal gouvernance.

Le Covid-19 et le confinement ont, sur ce front-là, apporté un certain répit aux gouvernements qui, malgré les lacrymogènes et la répression, n’arrivaient pas à faire cesser ces mouvements. Sont-ils morts, étouffés ? Continuent-ils à couver, prêts à reprendre dès la réouverture de l’espace public, ou même avant ?

« Face à cette crise sanitaire exceptionnelle, on a vu dans un premier temps des gouvernements retrouver une certaine légitimité grâce à leur gestion de la crise », analyse Geoffrey Pleyers, sociologue et professeur à l’UCLouvain.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs