Accueil Opinions Cartes blanches

«Les couturières professionnelles ne sont-elles bonnes qu’à faire du bénévolat?

Face à la pénurie, un appel à été adressé aux « bonnes volontés » pour confectionner des masques. Il n’est pas acceptable que des couturières professionnelles travaillent à perte ou, pire, soient pointées du doigt parce qu’elles demandent à être rémunérées pour leur travail.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Elle s’appelle Eve, elle a 35 ans et est couturière. Dans son très bel atelier, nombre de personnes viennent coudre et discuter. Eve réalise son rêve à mesure que ses élèves réalisent leurs ourlets. Son atelier c’est son château, là où on vient créer. Début mars 2020 : lockdown ! Plus de cours, plus de revenus. Eve, comme plus d’un million d’indépendants belges, a la boule au ventre. Cette histoire vous la connaissez, inutile de vous la raconter. Laissez-moi vous en conter une autre, celle des masques.

Il y a presque cinq semaines, une pluie de demandes nous a encouragées à faire des masques. Entourées de médecins, la règle était claire : le Covid-19 n’est pas une blague, notre masque doit protéger. Les avis divergeaient, mais nous avions besoin d’une direction pour avancer, le modèle du CHU de Grenoble.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Bricourt Noela, mercredi 6 mai 2020, 8:53

    Dans les médias, on n'hésite pas à parler des Mamy qui sortent les machines à coudre. Ici, on ne parle que des femmes. Les vieilles habitudes ont vraiment la vie dure. Pourquoi,? les Papy sont-ils devenus manchots? Avant de réformer le monde entier, il faut d'abord penser aux principes de base.

  • Posté par Thiebaud Sabine, mardi 5 mai 2020, 18:40

    Bravo. Oui, il est temps de se faire respecter et considérer

Aussi en Cartes blanches

Carte blanche Quand les juges se déshonorent

C’est en agissant en serviteurs dociles des politiciens qui les ont nommés, que les juges qui ont voté la révocation du droit à l’avortement aux Etats-Unis ont trahi le respect dû aux individus qu’ils sont censés protéger.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs