Accueil Société

Quand des parents militent contre le retour à l’école

Plusieurs milliers de parents doutent de la fiabilité des mesures de sécurité qui entoureront le retour à l’école. Certains annoncent la couleur : ils garderont leurs enfants à la maison.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 3 min

Ils ont, assurent-ils, bien mûri le problème. Et ils ont décidé : leurs enfants ne retourneront pas à l’école cette année. Message reçu par une direction ce mardi : « Nous vous informons que nous ne remettrons Léon et Lola à l’école cette année scolaire. Ils sont fragiles, nous avons trop peur. Nous préférons qu’ils travaillent à la maison ». Lola est en sixième primaire, Léon en première. Lola est attendue par son instituteur le 18. Léon par son institutrice le 25. Ils ne seront pas au rendez-vous. Dans une autre école, c’est une famille de quatre enfants qui a laissé le même message. En réalité, les courriers de ce type se multiplient ces derniers jours dans les boîtes mail des directeurs et des directrices, particulièrement dans les écoles primaires.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Biot Philippe, mercredi 6 mai 2020, 14:33

    L'intelligence d'un enfant ne se mesure pas à l'épaisseur de la bourse des parents. Ses résultats scolaires sont fonction de nombreux paramètres. Toujours ramener à la condition sociale est absurde. Si de enfants d'universitaires font des études universitaires, d'autres n'en font pas. Dans une même famille! Pour ce qui est de la présence à l'école, en cette période de crise sanitaire, la crainte, sinon la prudence, est très répandue, toutes classes sociales confondues. Tout les parents de Belgique savent que l'accès gratuit à l'école pour tous est une richesse, un bienfait plus qu'une obligation. Mais tous les parents savent aussi qu'un enfant , sa santé, n'a pas de prix. Chacun réagit à sa façon. Porter un jugement est un manque absolu de respect. Pis! C'est idiot!

  • Posté par Naeije Robert, mercredi 6 mai 2020, 12:34

    C'est un mouvement obscurantiste. Militer contre le retour à l'école revient à rejeter la modernité et peut à terme priver d'accès au savoir et à l'éducation des enfants des milieux défavorisés.

  • Posté par LIENARD NORBERT, mercredi 6 mai 2020, 9:41

    J espère que tous ces parents iront au bout de leurs convictions et n iront pas passer une journée à la mer avec leurs enfants par exemple

  • Posté par LIENARD NORBERT, mercredi 6 mai 2020, 9:39

    Comment vont faire les parents qui doivent reprendre le travail ?

  • Posté par Surmont Willy, mercredi 6 mai 2020, 9:12

    Sujet délicat s'il en est. Un bonne approche pour peser le pour et le contre: si tous les parents faisaient pareil et refusaient de laisser leurs enfants retourner à l'école et, ce durant toute la durée des précautions à prendre contre le covid-19, que se passerait-il? Aussi longtemps qu'un vrai vaccin ne serait pas trouvé, toutes les écoles resteraient fermées, les enseignants seraient mis au chômage, la relève des "cerveaux" ne serait plus assurée, la non socialisation de nos jeunes deviendrait à la limite pire que le remède, une régression généralisée nous conduirait à l'inverse de tout progrès.. Des risques existeront toujours. Les trajets scolaires sont aussi dangereux, des accidents arrivent. Faut-il pour autant supprimer la scolarité? Un monde sans risque n'existe pas. Le risque doit être mesuré de façon cohérente et réaliste et des précautions doivent être prises. La témérité n'est pas bonne, mais ne plus oser avancer par peur de l'inconnu ne l'est pas davantage. Il faut raison garder, l'ultra protectionnisme n'est pas non plus profitable ni vivable, nos jeunes en seraient les premières victimes. Nous ne vivons pas dans une société de fous ni dans un régime ultra totalitaire! Nos dirigeants et leurs conseillers sont aussi des parents, ils vivent les mêmes angoisse, mais les décisions prises le sont en ayant pesé le pour et le contre de la façon la plus humaine possible sans entrer dans des considérations où seul le sentimentalisme prend le pas! Il faut que la vie continue car soyons en sûr, il y aura un après covid, et gardons cette vérité en tête: gouverner, c'est surtout prévoir!

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs