Coronavirus - La FGTB pointe du doigt une reprise progressive mais inquiétante

Si dans plusieurs secteurs des conventions et protocoles de reprises ont pu être négociés et implémentés, force est de constater que certains employeurs campent sur des positions idéologiques et dangereuses, dénonce la FGTB.

Plusieurs fédérations patronales refusent ainsi de conférer un caractère contraignant aux mesures négociées. "Sans ce préalable essentiel, les travailleurs ne doivent pas reprendre leurs activités", prévient-elle.

D'après le syndicat socialiste, certains employeurs "usent et abusent" des mécanismes de chômage temporaire, par exemple pour éviter de remplir leurs obligations en matière de préavis et pour se débarrasser de travailleurs à moindre coût ou pour éviter de payer le salaire garanti durant la période de maladie. Ces employeurs recourraient également à des astuces pour s'en prendre frontalement aux droits des travailleurs.

La FGTB exige qu'il soit immédiatement mis un terme à ces pratiques, qu'elle relaiera au sein du Groupe des 10.

Le syndicat rappelle que le code du bien-être prévoit explicitement qu'un travailleur peut quitter son poste de travail en cas de "danger inévitable, grave et imminent" et souhaite que ce droit soit rendu concret.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous