Les psychiatres bénéficient d’un nouveau délai pour examiner Marc Dutroux

Marc Dutroux est incarcéré à la prison de Nivelles
Marc Dutroux est incarcéré à la prison de Nivelles - Belga

Les experts psychiatres qui doivent examiner Marc Dutroux en vue de produire une nouvelle expertise mentale du détenu ont demandé plus de temps à la justice, a indiqué mardi soir le Tribunal d’Application des Peines (TAP) de Bruxelles, confirmant une information de l’AFP. Les experts n’ont en effet toujours pas pu se rendre à la prison, compte tenu des mesures de sécurité liées au coronavirus. Initialement, le rapport final du nouvel examen psychiatrique de Marc Dutroux devait être remis pour le 11 mai.

« En raison de la crise sanitaire qui empêche actuellement encore les experts psychiatres de se rendre à la prison, le Tribunal d’Application des Peines francophone de Bruxelles a marqué son accord sur un report du dépôt du rapport d’expertise concernant M. Dutroux. Une nouvelle date pour le dépôt de ce rapport sera fixée lorsque la situation sera revenue à la normale », a déclaré le TAP via communiqué, mardi soir.

En octobre dernier, ce tribunal avait ordonné une nouvelle expertise psychiatrique de Marc Dutroux, conformément à la demande des avocats de ce dernier.

Une libération conditionnelle ?

Mes Bruno Dayez et Nicolas Cohen avaient demandé qu’un collège de cinq experts psychiatres soit désigné pour évaluer l’état mental actuel de leur client, afin notamment de réévaluer le risque de récidive dans son chef. Le ministère public s’était dit favorable à cette nouvelle expertise, les dernières datant de 2013 et 2015.

Les avocats de Marc Dutroux pourraient, en fonction des résultats que livrera cette nouvelle expertise, introduire une demande de libération conditionnelle de leur client, autrefois diagnostiqué psychopathe.

Marc Dutroux, présenté comme le détenu le plus haï de Belgique, a été condamné le 22 juin 2004 à la réclusion à perpétuité et à 10 ans de mise à disposition du gouvernement (aujourd’hui appelée mise à disposition du Tribunal d’Application des Peines). Il a été reconnu coupable, entre autres, d’avoir enlevé et séquestré six jeunes filles – Julie, Mélissa, An, Eefje, Sabine et Laëtitia – et d’avoir commis des abus sexuels sur celles-ci. Il a également été déclaré coupable d’avoir tué les quatre premières.

L’homme, âgé aujourd’hui de 63 ans, est en détention depuis 23 ans.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous