Coronavirus - "Certaines sociétés de consultance du secteur ICT abusent du chômage temporaire" (CNE)

Selon la CNE et son homologue flamande ACV-Puls, certaines entreprises du secteur ICT profitent de la crise sanitaire pour mettre au chômage des consultants qui sont temporairement sur le "Bench", c'est-à-dire en intermission entre deux clients.

"En mettant les consultants au chômage temporaire, ces sociétés de conseil abusent de l'argent public car sans crise sanitaire, ces employés, même non facturables temporairement, auraient été payés par leur employeur alors que maintenant, ils sont mis entièrement à charge de la sécurité sociale et donc de la collectivité", dénoncent les syndicats dans un communiqué.

La CNE et l'ACV-Puls, qui ne citent pas de noms de sociétés, rappellent que beaucoup d'entre elles "ont réalisé de bons bénéfices, versent des dividendes élevés aux actionnaires et n'ont pas besoin financièrement de profiter de la bouée de sauvetage du chômage temporaire". "Il ne s'agit pas d'entreprises qui doivent garder la tête hors de l'eau, mais purement et simplement d'entreprises qui souhaitent maximiser leurs profits à tout prix", déplorent les syndicats.

La CNE et l'ACV-Pulse annoncent qu'elles introduiront "une plainte auprès du ministère de l'Emploi à l'encontre de toutes les sociétés qui ont mis au chômage temporaire des consultants qui étaient déjà sur le 'Bench' au moment du déclenchement de la crise sanitaire, le 13 mars 2020".

Les syndicats demandent également au gouvernement de "surveiller strictement le paiement ultérieur des dividendes de toutes ces entreprises aux pratiques abusives qui auront affaibli notre système de sécurité sociale" et, si nécessaire, de "récupérer l'argent public indûment approprié".

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous