Coronavirus: le tournoi de Wimbledon avait souscrit à une assurance annulation en cas d’épidémie

photo news
photo news

Si les sportifs souffrent de cette situation c’est aussi le cas de très nombreux organisateurs qui ont vu de manière soudaine et inattendue leurs efforts réduits à néant. Avec parfois de lourdes pertes financières. Le tournoi de tennis de Wimbledon qui a annoncé son annulation le 1er avril ne sera pas dans le cas. Le All England Club, l’organisateur, a eu la bonne idée de souscrire à une assurance annulation en cas d’épidémie, a indiqué francinfo, mercredi. Une solution coûteuse et qui dès lors a été retenue par peu d’organisations sportives.

Le tournoi de Wimbledon devait rapporter plus de 250 millions de livres sterling de recette (284 millions d’euros).

Depuis 2003 et l’épidémie de SRAS, les organisateurs du plus prestigieux tournoi du Grand Chelem de tennis payaient une prime annuelle de 1,6 million de livres (1,8 M d’euros) pour s’assurer contre ce risque, aux côtés d’autres clauses prises en charge comme la mort de la reine ou des attaques terroristes, rapporte encore le média français.

Le tournoi de Wimbledon va ainsi être indemnisé à hauteur de 114 millions de livres (131 M d’euros) à la suite de l’annulation de son édition 2020, prévue du 29 juin au 12 juillet 2020.

Contrairement à Roland Garros, Wimbledon ne pouvait être reprogrammé cette année à l’automne, car il est impossible de garantir la qualité du gazon en cette période. La 134e édition de l’épreuve est prévue du 28 juin au 11 juillet 2021.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Justine Henin avoue avoir adoré redécouvir les pétits coins de sa région, en famille, durant ce confinement.

    Par Propos recueillis par Yves Simon

    ATP - WTA

    Justine Henin: «Il faudra apprendre à faire le deuil de certaines choses…»

  • Elle embrasse la Coupe Suzanne Lenglen, comme elle l’avait promis, 11 ans avant, à sa maman
! @News

    Par Un reportage d’Yves Simon

    Grands Chelems

    Justine Henin fête ses 38 ans ce lundi: «Elle ne pouvait naître qu’à Roland-Garros, c’était écrit!»

  • PHOTO NEWS

    Par Yves Simon

    Grands Chelems

    S’il a bien lieu, l’US Open n’aura jamais aussi mal porté son nom

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous