Dans un environnement très incertain, Solvay croit dans le capitalisme responsable

Le groupe a été relativement épargné au premier trimestre 2019, avec un chiffre d'affaires de 2,47 milliards d'euros, en baisse de 3,8% par rapport à la même période en 2019. Les résultats devraient être plus affectés au deuxième trimestre mais il reste "une grande incertitude quant à l'étendue de l'impact" de la crise sur les activités du groupe, qui a donc suspendu ses prévisions pour l'année.

Contrairement à d'autres entreprises, "la plupart des activités ont été considérées comme essentielles partout dans le monde et les usines sont restées actives tout au long de la crise", a relevé en conférence téléphonique l'administratrice déléguée de Solvay.

Sa présence en Chine et en Corée du Sud, deux pays touchés dès l'éclosion de la pandémie, lui a cependant permis de rapidement prendre le meilleur des pratiques de protection, a indiqué Mme Kadri. Des mesures qui ont pu être ensuite appliquées sur ses sites du monde entier, sans attendre les indications des pays où ils sont situés. Distanciation sociale, gestes barrières, matériel de protection et télétravail dès que possible sont rapidement devenus la norme. Actuellement, sur les plus de 24.000 collaborateurs du groupe, huit sont effectivement malades du Covid-19 et 180 sont suspectés. "Cela démontre que les mesures de protection sont efficaces", a pointé la CEO.

Alors que le déconfinement s'annonce dans de nombreux pays, le groupe regarde le chemin suivi par les précurseurs que sont la Chine et la Corée du Sud. La présence sur les sites administratifs restera nulle jusqu'au 1er juillet, au moins, tandis que seuls les activités dites critiques seront maintenues sur les sites industriels jusqu'à cette date. Les voyages d'affaires resteront également interdits jusqu'à la fin juin.

Outre les mesures de protection physiques pour les employés, et des dons de masques, gel et autres équipements de protection, le groupe a mis sur pied un fonds de solidarité, administré de façon indépendante par la Fondation Roi Baudouin, pour soutenir tout employé ou collaborateur qui pourrait connaître des difficultés en raison de l'impact de la pandémie de coronavirus. Quinze millions d'euros ont déjà pu être récoltés via des baisses de salaire des membres du comité exécutif, du président du CA, des participations liées au dividende des actionnaires etc. Les employés qui le souhaitent peuvent également faire don de jours de congé, de sorte que le fonds n'est pas seulement un soutien financier mais également moral, parfois plus utile aux collaborateurs ayant des enfants ou devant s'occuper d'un proche malade, a souligné Mme Kadri. Le groupe avait maintenu le versement de son dividende, qu'il tient à différencier de cette action "caritative", mettant en avant la possibilité d'un "capitalisme responsable".

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous