Accueil Économie Entreprises

Le Setca critique le Conseil national de sécurité: «Il aurait fallu aller au-delà de la recommandation du port du masque»

Une ligne fédérale à suivre pour tout le monde aurait été plus à propos, estime le syndicat socialiste des employés.

Temps de lecture: 2 min

Le syndicat socialiste des employés (Setca) reste inquiet après le «peu de mesures» annoncées mercredi au sortir du Conseil national de sécurité pour assurer la sécurité à la réouverture des magasins le 11 mai. Seulement recommander le port du masque, c’est, dans les faits, en obliger le port aux commerçants, estime Myriam Delmée, présidente du Setca.

«On aurait dû aller au-delà de la recommandation», estime-t-elle. Si les personnes se rendant dans les magasins ne sont pas tenus d’en porter, les commerçants devront obligatoirement le faire pour se protéger, argue-t-elle. C’eût été plus simple de l’imposer aux personnes qui ne font que passer dans un magasin, «ce sera plus compliqué pour les commerçants de le garder toute la journée». De plus, en allant d’un endroit à un autre, en croisant d’autres personnes, les consommateurs risquent plus de transporter le virus que les travailleurs qui restent au même endroit toute la journée, poursuit-elle.

Le syndicat regrette encore que trop de latitude ait été laissé aux pouvoirs communaux en ce qui concerne la gestion des rues commerçantes et des centres commerciaux. Une ligne fédérale à suivre pour tout le monde aurait été plus à propos, pour le syndicat. «On a eu beaucoup d’exemples, notamment avec les jardineries et les merceries, pour savoir que les gens ne vont pas s’autoréguler», estime encore Mme Delmée.

Il reste donc un espoir que des mesures soient prises d’ici la réouverture des commerces, à un niveau inférieur, pour que ceux-ci puissent rouvrir en toute quiétude, mais il est «regrettable» que ce signal ne soit pas venu du conseil national de sécurité, conclut-elle.

À lire aussi Déconfinement: le Conseil national de sécurité décide de lâcher du lest sur la vie sociale

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Bauduin Dominique, jeudi 7 mai 2020, 11:29

    Le port du masque n'est obligatoire que si la distance minimale de 1.5 m entre deux personnes n'est pas possible. L'OMS ne conseille toujours pas le port du masque en rue, car il a plus d'inconvénients que d'avantage: il n'arrête pas les particules fines sur lesquelels le Covi-9 peut voyager (moins de 50% d'efficacité) et donne donc une fausse impression psychologique de sécurité, qui va finalement faire courir plus de risques aux gens. De plus son mauvais usage (manipulations inutiles, le nez pas couvert, pire déplacé pour fumer une sigarette... va le rendre inutile complètement pour beaucoup de gens... et qui va le changer 3 fois par jour, au prix où il coûtent? Gardons les masques là où ils sont nécessaires, dans les hôpitaux et les MRS, pour le personnel soignant... Et gardons nos distances et lavons-nous mes mains au savon!

  • Posté par Barban Marco, jeudi 7 mai 2020, 12:48

    Bonjour, je vous cite : "Le port du masque n'est obligatoire que si la distance minimale de 1.5 m entre deux personnes n'est pas possible." Pour en sortir une pareille, je me demande s'il vous arrive de fréquenter les supermarchés. Si oui, dites-moi où vous faites vos courses avec la conviction que dans votre magasin, tous les clients sans exception respectent cette distance minimale.

  • Posté par De Villers Léopold, jeudi 7 mai 2020, 8:36

    Je ne suis pas contre les syndicats mais là madame vous allez trop loin. Ce n'est pas le rôle des syndicats d'imposer des règles à tout le monde. Nous ne sommes pas encore en dictature.

  • Posté par Dardenne Didier, mercredi 6 mai 2020, 22:24

    Ce qu'il faut comprendre c'est que Madame Delmée est pour le port du masque obligatoire pour les clients mais laissé à la libre appréciation de chacun pour les travailleurs. Elle semble même penser que ceux qui travaillent dans un commerce y restent en permanence et donc ne font jamais leurs courses ailleurs, ne passent pas dans des rues commerçantes et ne rendront jamais visite à un proche. C'est ce que j'appelle du syndicalisme par absurde.

  • Posté par Tricnaux André, mercredi 6 mai 2020, 20:29

    Mais , chère madame syndicaliste. La sécurité totale serait de fermer tous les commerces. Et dans la foulée, comme il n'y aura plus de rentrées et donc supprimer le chômage technique ou économique est une évidence . Bravo. Dans tout moment de la vie, on prend des risques, celui qui prend sa voiture risque l'accident, celui qui se marie risque le divorce, .... celui qui est né connait son sort , il est certain de mourir.

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière