Fuite de gaz dans une usine en Inde: 5 morts, au moins 1.000 personnes hospitalisées

Fuite de gaz dans une usine en Inde: 5 morts, au moins 1.000 personnes hospitalisées

Au moins cinq personnes ont péri et plus d’un millier ont été hospitalisées à la suite d’une fuite de gaz dans une usine chimique du sud-est de l’Inde, ont annoncé jeudi la police et une source officielle.

« Nous pouvons confirmer à ce stade que cinq personnes ont péri. Au moins 70 personnes sont dans un état inconscient dans un hôpital non loin, et dans l’ensemble, entre 200 et 500 personnes reçoivent des soins », a déclaré Swaroop Rani, une responsable de la police de Visakhapatnam, dans l’État de l’Andhra Pradesh.

Opérée par LG Polymers, l’usine est située en bordure de la ville industrielle et portuaire de Visakhapatnam. L’agglomération compte une population d’environ 5 millions de personnes.

Le gaz « avait été laissé là à cause du confinement. Cela a mené à une réaction chimique et de la chaleur est apparue dans les réservoirs, et le gaz a fui à cause de cela », a expliqué Mme Rani. L’Inde est actuellement confinée depuis fin mars pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

« Nous avons reçu un appel d’urgence de villageois autour de 03h30 du matin aujourd’hui (jeudi 00h00 HB). Ils disaient qu’il y avait du gaz dans l’air », a-t-elle poursuivi.

« Nous sommes arrivés immédiatement sur place. On pouvait sentir le gaz dans l’air et il n'était pas possible à aucun d’entre nous de rester là plus de quelques minutes », a-t-elle décrit.

L’Inde a été le théâtre en décembre 1984 d’un des pires accidents industriels de l’Histoire, lorsque 40 tonnes de gaz s’étaient échappées d’une usine de pesticides de la ville de Bhopal (centre).

Quelque 3.500 personnes avaient péri en quelques jours, principalement dans des bidonvilles situés autour de cette usine d’Union Carbide, et des milliers d’autres dans les années qui ont suivi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous