Accueil Mon assiette

La coquille Saint-Jacques, perle sapide des océans

Coquille par son emballage, Saint-Jacques par son lien avec le célèbre chemin de Compostelle, ce coquillage élégant continue de séduire les gourmets.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Ce fruit de mer aux reflets nacrés, Graal des gastronomes, objet de discorde des pêcheurs, a presque fini de faire parler de lui, jusqu’à la prochaine saison du moins. En effet, le 15 mai signe généralement la fin de la saison de pêche à la Saint-Jacques, en France en tout cas. Cette fermeture saisonnière comporte un intérêt biologique car les coquilles auront alors le temps de pondre et surtout de croître jusqu’à la réouverture de la pêche en octobre. Le Royaume-Uni ne semble pas réguler sa pêche de la même manière, ce qui crée parfois des tensions entre pêcheurs et pays. Il est cependant nécessaire de surveiller cette pêche car la forte variabilité du recrutement et la facilité de capture de la Saint-Jacques accentuent sa vulnérabilité. Il serait dommage, à long terme, d’être privé d’une chair si noble.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Mon assiette

Tout est bon dans le poireau

Lorsqu’on mise sur une alimentation de saison, le poireau est l’un des rares légumes à trôner encore dans nos assiettes en hiver. Riche en goût, ce représentant des alliacés est cependant coûteux en main-d’œuvre.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs