Accueil Société

Evolution de la propagation du virus: les admissions à l’hôpital en chute depuis un mois (infographies)

La baisse brutale du taux d’occupation des soins intensifs (-108 lits d’un coup, un « record ») est due à une erreur d’encodage en province de Liège.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 3 min

Toujours pas de trace de turbulences, du côté des chiffres du jour sur le Covid-19. La lente diminution de l’ensemble des indicateurs se poursuit. Sans aucun signe de rebond à l’horizon. Et c’est tant mieux.

Hier, seules 98 nouvelles admissions à l’hôpital pour cas de Covid-19 ont été enregistrées, à l’échelle nationale. On est, pour la quatrième fois en cinq jours, sous la barre symbolique des 100. Plus intéressant encore, en prenant la moyenne sur les sept derniers jours du nombre d’admissions, une tendance baissière continue s’observe depuis le 2 avril, comme illustré sur la courbe rouge ci-dessous.

Le bilan belge grimpe à 8.415 morts (+76 par rapport à la veille). En réalité, 80 décès ont été notifiés sur les dernières 24 heures, mais les autorités sanitaires ont également retiré quatre doublons dans leur liste de victimes, pour des décès survenus fin mars et début avril.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par André Philippe, jeudi 7 mai 2020, 16:47

    Ce virus va s'éteindre tôt ou tard parce que malgré sa haute contagiosité il n'est pas adapté à l'espèce humaine. Chaque virus a son profil épidémiologique qui lui est propre. Les virus auxquels nous sommes habitués survivent parmi nous grâce à un équilibre entre leurs forces et leurs faiblesses. Le virus de la rougeole, par exemple, est extrêmement contagieux (=force) mais très immunisant (=faiblesse). Pour survivre avec nous, il dépend de l'arrivée constante de nouveaux nés (=avantage salvateur). Ce coronavirus est "nouveau" de notre point de vue, mais nous sommes aussi "nouveaux" de son point de vue. Son haut taux de reproduction est sa force, mais pour subsister parmi nous il aurait besoin d'un profil adapté. C'est ce qu'il lui manque. Il mute trop lentement. Le virus de la grippe influenza A, qui a un profil épidémiologique ressemblant à celui du virus du covid-19, survit parmi nous parce qu'il mute beaucoup plus rapidement.

  • Posté par De Fru Michel, vendredi 8 mai 2020, 18:34

    Il va s’éteindre comme nos politiciens surdoués .....Heureusement que certains n’ont pas encore stresser leurs mémoires ce qui apparaîtrait à la racine de leurs cheveux...

  • Posté par André Philippe, jeudi 7 mai 2020, 16:52

    Pardon: "c'est ce qui lui manque"

  • Posté par Schloune Robert, jeudi 7 mai 2020, 15:22

    J'ai de plus en plus l'impression qu'on nous balade avec les chiffres. Peu être fait on le comptage à Jurbise ...

  • Posté par Schloune Robert, jeudi 7 mai 2020, 15:21

    J'ai de plus en plus l'impression qu'on nous balade avec les chiffres. Peu être fait on le comptage à Jurbise ...

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs