Coronavirus: Benoît Lutgen en route vers la Pologne pour chercher une commande de masques

Coronavirus: Benoît Lutgen en route vers la Pologne pour chercher une commande de masques
D. R.

Le bourgmestre CDH de Bastogne et par ailleurs député européen Benoît Lutgen a pris la route jeudi matin pour se rendre en Pologne, aller chercher lui-même une cargaison de masques réutilisables en tissu destinée aux habitants de sa commune et de deux communes voisines, Bertogne et Vaux-sur-Sûre. Le maïeur a expliqué sa démarche jeudi matin, interrogé à distance par la chaîne LN24 alors qu’il faisait une pause au bord d’une autoroute allemande. « On doit dire la vérité : si les masques ne sont pas imposés mais seulement ‘fortement conseillés’ par le gouvernement fédéral, c’est que ce dernier n’a pas eu la possibilité d’en livrer à chaque habitant. Ce n’est pas grave, mais il suffit de le dire », commente sur les ondes de la chaîne Benoît Lutgen.

A Bastogne, cela fait plus de trois semaines que les autorités locales ont décidé de passer commande groupée, avec les deux autres communes, de plusieurs milliers de masques en tissu. « On s’est adressé à une société wallonne qui a une usine de production en Pologne », explique le bourgmestre. Une première moitié de la commande est arrivée mercredi, alors qu’elle était attendue la semaine dernière. Pour la seconde moitié, le maïeur a donc décidé de faire lui-même le déplacement, « pour accélérer la distribution des masques réutilisables et lavables dans ma commune, à chaque habitant. Car si on devait attendre le transporteur, on aurait reçu la marchandise la semaine prochaine. Or, on voulait que les masques soient distribués dès ce week-end, pour que chacun puisse se protéger dès la réouverture des commerces lundi », développe-t-il, toujours interrogé par LN24. Il ramènera dans sa camionnette quelque 30.000 masques.

« Impossible de l’imposer »

Le 24 avril dernier, la Première ministre Sophie Wilmès avait communiqué à l’issue d’un Conseil national de sécurité que les autorités « recommandent fortement » de se couvrir la bouche et le nez dans l’espace public, dans le cadre du déconfinement progressif qui a débuté lundi dernier. Ce n’est que dans les transports publics que le port d’un masque en tissu ou d’une autre protection est obligatoire pour les 12 ans et plus.

Parallèlement, le fédéral et les entités fédérées avaient communiqué qu’ils allaient offrir gratuitement à chaque citoyen au moins un masque en tissu. La Défense s’est entre-temps chargée d’une commande, qui doit contractuellement être livrée à Peutie, dans le Brabant flamand, au plus tard le dimanche 24 mai.

Selon le bourgmestre de Bastogne, « c’est clair que tant que chaque habitant n’a pas un masque à disposition, c’est impossible de l’imposer ». Ce qui explique donc selon lui la politique du CNS, alors que tous les pays ont eu du mal à s’approvisionner en matériel de protection. A Bastogne, même à l’issue du week-end, le port du masque ne sera pas rendu obligatoire, mais « on va le recommander très très très fortement », indique-t-il.

Sur le même sujet
PolitiquePologne
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous