Le confinement complique la recherche des kots étudiants

Le confinement complique la recherche des kots étudiants

Chaque année dès la mi-mars, de nombreux étudiants ou futurs étudiants se lancent dans l’éternelle recherche d’un kot pour l’année académique à venir. En raison des mesures de confinement édictées, de nombreuses visites passent cependant à la trappe, rendant les prospections plus compliquées...

« Nous sommes actuellement dans la période charnière en matière de recherche de kot, surtout pour les rhétos qui cherchent pour la première fois un logement étudiant. D’autant plus que ceux-ci s’y prennent généralement plus à l’avance que les étudiants ayant déjà entamé leur cursus. Le confinement rend leur recherche compliquée et un certain nombre de jeunes se tournent vers nous. Nous n’avons cependant actuellement pas beaucoup de marge de manœuvre. Il faut toutefois savoir que certains propriétaires trouvent des solutions pour tout de même faire visiter les kots qu’ils mettent à disposition », explique Léna Gilson, responsable du service kot du centre Infor Jeunes de Namur.

Des visites virtuelles

La solution ? Les visites en ligne évidemment. De nombreux propriétaires optent pour des visites virtuelles en direct ou par vidéos, d’autres proposent d’envoyer des photos. Une manière de permettre aux étudiants de trouver leur logement, même en cette période de confinement.

Léna Gilson appelle toutefois à faire preuve de prudence : « L’état du logement est parfois trompeur sur des vidéos ou des photos. Celles-ci peuvent parfois dater de deux ou trois ans et ne reflètent plus la réalité. C’est pourquoi on conseille tout de même aux jeunes d’aller visiter et de faire un état des lieux. En cette période de confinement, nous comptons évidemment aussi sur l’honnêteté des propriétaires ».

Ces derniers risquent d’être pris d’assaut au sortir du confinement. De nombreux étudiants, dont les recherches s’étalent habituellement sur plusieurs mois, vont arriver en même temps sur le marché, ce qui devrait sans doute en amener certains à revoir leur plan. « Les kots et logements aux abords des universités sont souvent les plus prisés et partiront certainement très vite. Il faudra peut-être faire quelques concessions en cherchant un peu plus loin. Dans d’autres villes, ce sera peut-être plus délicat, mais à Namur, l’offre des logements étudiants est telle que tous le monde devrait pouvoir y trouver son compte.», rassure Léna Gilson.

Pour répondre à toutes les questions que se posent les étudiants sur le sujet, Infor Jeunes met à disposition une brochure qui est disponible via le lien suivant : https://issuu.com/infor-jeunes/docs/brochure_logementv1?fr=sYzEzNjc0MjgwMQ

Sur le même sujet
Politique
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Ce qui nous a guidés, c’est la nécessité de maintenir le pluralisme sur le marché des médias
», insiste Bénédicte Linard.

    Bénédicte Linard: «Nous n’avons pas fait un chèque en blanc à RTL»

  2. «
Je suis effaré de voir que si le taux de mortalité hennuyer rejoignait la moyenne belge 2330 décès seraient évités chaque année
!
», affirme le recteur Philippe Dubois

    Le recteur de l’UMons veut un master en médecine dans son université

  3. Lise Bourdeau-Lepage, géographe
: «
Il faut multiplier les espaces verts, qui contribuent à diminuer le stress, le sentiment d’isolement des habitants et même le taux de criminalité.
»

    Pascal Smet: «Il faut repenser la ville, l’apaiser, la verduriser»

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 24: la carpe

    Avant-hier, il s’est passé un truc incroyable.

    On a sauvé une vie. Bon, pas à l’hôpital comme on l’aurait tous rêvé pour donner enfin un sens à nos existences, non, dans la rue, comme ça, en revenant des courses.

    Le magasin est deux blocs plus loin. On marchotte gentiment quand, en passant devant la petite dame au jardin japonais – attention, il n’y a rien de condescendant dans ce « petite dame », elle est vraiment, vraiment toute petite, comme Bonnemine dans Astérix, la même morphologie, mais toujours bronzée et vêtue d’imprimés provençaux –, donc en passant devant chez la petite dame au jardin japonais… Hum. Attendez.

    Il faut vous décrire un peu avant de commencer. C’est une maison de rangée, dans un quartier où elles sont toutes pareilles : briques jaunes, une porte, une fenêtre, un jardinet en front de rue. Elle, elle a mis une grille au-dessus du muret pour ne pas que les jeunes viennent s’asseoir...

    Lire la suite

  • Avis à Emmanuel Macron: on n’a pas deux fois l’occasion de faire bonne impression

    Et donc, en France, c’est le Président qui a un gros problème – des politologues le disent même détesté –, c’est son Premier ministre qui est populaire, mais c’est ce dernier qui remet son tablier.

    Il est trop tôt pour prendre la totale mesure du « changement » que veut imprimer un Président en grande difficulté en remplaçant Édouard Philippe par le haut fonctionnaire Jean Castex. Il faudra attendre la composition du gouvernement et vérifier s’il y a, par exemple, constitution d’...

    Lire la suite