Le confinement complique la recherche des kots étudiants

Le confinement complique la recherche des kots étudiants

Chaque année dès la mi-mars, de nombreux étudiants ou futurs étudiants se lancent dans l’éternelle recherche d’un kot pour l’année académique à venir. En raison des mesures de confinement édictées, de nombreuses visites passent cependant à la trappe, rendant les prospections plus compliquées...

« Nous sommes actuellement dans la période charnière en matière de recherche de kot, surtout pour les rhétos qui cherchent pour la première fois un logement étudiant. D’autant plus que ceux-ci s’y prennent généralement plus à l’avance que les étudiants ayant déjà entamé leur cursus. Le confinement rend leur recherche compliquée et un certain nombre de jeunes se tournent vers nous. Nous n’avons cependant actuellement pas beaucoup de marge de manœuvre. Il faut toutefois savoir que certains propriétaires trouvent des solutions pour tout de même faire visiter les kots qu’ils mettent à disposition », explique Léna Gilson, responsable du service kot du centre Infor Jeunes de Namur.

Des visites virtuelles

La solution ? Les visites en ligne évidemment. De nombreux propriétaires optent pour des visites virtuelles en direct ou par vidéos, d’autres proposent d’envoyer des photos. Une manière de permettre aux étudiants de trouver leur logement, même en cette période de confinement.

Léna Gilson appelle toutefois à faire preuve de prudence : « L’état du logement est parfois trompeur sur des vidéos ou des photos. Celles-ci peuvent parfois dater de deux ou trois ans et ne reflètent plus la réalité. C’est pourquoi on conseille tout de même aux jeunes d’aller visiter et de faire un état des lieux. En cette période de confinement, nous comptons évidemment aussi sur l’honnêteté des propriétaires ».

Ces derniers risquent d’être pris d’assaut au sortir du confinement. De nombreux étudiants, dont les recherches s’étalent habituellement sur plusieurs mois, vont arriver en même temps sur le marché, ce qui devrait sans doute en amener certains à revoir leur plan. « Les kots et logements aux abords des universités sont souvent les plus prisés et partiront certainement très vite. Il faudra peut-être faire quelques concessions en cherchant un peu plus loin. Dans d’autres villes, ce sera peut-être plus délicat, mais à Namur, l’offre des logements étudiants est telle que tous le monde devrait pouvoir y trouver son compte.», rassure Léna Gilson.

Pour répondre à toutes les questions que se posent les étudiants sur le sujet, Infor Jeunes met à disposition une brochure qui est disponible via le lien suivant : https://issuu.com/infor-jeunes/docs/brochure_logementv1?fr=sYzEzNjc0MjgwMQ

Sur le même sujet
Politique
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A la Casa, certains étudiants portent même le masque entre leurs gorgées de bière.

    A Louvain-la-Neuve, la chasse aux soirées pirates

  2. belgaimage-168437410-full

    Négociations fédérales: les coulisses d'une semaine décisive

  3. d-20200304-GFA45C 2020-03-04 10:10:07

    Les Racines élémentaires de Michel Claise: «Je suis un enfant abandonné, sauvé par mes études et mes grands-parents»

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Les femmes et le rejet de l’Autre»

    Actuellement, à travers toute l’Europe, on observe un durcissement politique : les partis qui prônent le repli identitaire ont le vent en poupe. Montée des nationalismes et communautarismes, fermeture des frontières, diminution de la sécurité – de la solidarité – sociale, rejet de l’étranger, refus de l’autre. Ceci est concomitant avec un discours « politiquement correct » d’inclusion, de lutte contre la discrimination, de refus du refus de l’autre.

    À cet égard, les combats en faveur de l’égalité entre hommes et femmes semblent singulièrement révélateurs, et les approches féministes particulièrement riches pour la réflexion. Pourquoi ? Parce que si l’on reconnaît que nos structures sociales ont été conçues par et pour des hommes (une situation historiquement avérée) et que, malgré des évolutions saluées et salvatrices, le masculin y est encore considéré comme l’universel et le supérieur...

    Lire la suite

  • Coronavirus: une gestion trop souvent erratique

    Le Financial Times et le Wall Street Journal ont salué la manière dont l’Italie gère la pandémie. Elle serait un modèle du genre, loin, très loin devant l’Espagne, la France et le Royaume-Uni. Plus au nord, c’est la Suède qui serait l’exemple à suivre, elle dont le pari sur l’immunité collective fut tant décrié au printemps dernier.

    Comparaison n’est pas raison, l’Italie et la Suède ne sont pas la Belgique, mais il faut bien se demander pourquoi les courbes statistiques restent...

    Lire la suite