Le confinement complique la recherche des kots étudiants

shutterstock_287362997

Chaque année dès la mi-mars, de nombreux étudiants ou futurs étudiants se lancent dans l’éternelle recherche d’un kot pour l’année académique à venir. En raison des mesures de confinement édictées, de nombreuses visites passent cependant à la trappe, rendant les prospections plus compliquées...

« Nous sommes actuellement dans la période charnière en matière de recherche de kot, surtout pour les rhétos qui cherchent pour la première fois un logement étudiant. D’autant plus que ceux-ci s’y prennent généralement plus à l’avance que les étudiants ayant déjà entamé leur cursus. Le confinement rend leur recherche compliquée et un certain nombre de jeunes se tournent vers nous. Nous n’avons cependant actuellement pas beaucoup de marge de manœuvre. Il faut toutefois savoir que certains propriétaires trouvent des solutions pour tout de même faire visiter les kots qu’ils mettent à disposition », explique Léna Gilson, responsable du service kot du centre Infor Jeunes de Namur.

Des visites virtuelles

La solution ? Les visites en ligne évidemment. De nombreux propriétaires optent pour des visites virtuelles en direct ou par vidéos, d’autres proposent d’envoyer des photos. Une manière de permettre aux étudiants de trouver leur logement, même en cette période de confinement.

Léna Gilson appelle toutefois à faire preuve de prudence : « L’état du logement est parfois trompeur sur des vidéos ou des photos. Celles-ci peuvent parfois dater de deux ou trois ans et ne reflètent plus la réalité. C’est pourquoi on conseille tout de même aux jeunes d’aller visiter et de faire un état des lieux. En cette période de confinement, nous comptons évidemment aussi sur l’honnêteté des propriétaires ».

Ces derniers risquent d’être pris d’assaut au sortir du confinement. De nombreux étudiants, dont les recherches s’étalent habituellement sur plusieurs mois, vont arriver en même temps sur le marché, ce qui devrait sans doute en amener certains à revoir leur plan. « Les kots et logements aux abords des universités sont souvent les plus prisés et partiront certainement très vite. Il faudra peut-être faire quelques concessions en cherchant un peu plus loin. Dans d’autres villes, ce sera peut-être plus délicat, mais à Namur, l’offre des logements étudiants est telle que tous le monde devrait pouvoir y trouver son compte.», rassure Léna Gilson.

Pour répondre à toutes les questions que se posent les étudiants sur le sujet, Infor Jeunes met à disposition une brochure qui est disponible via le lien suivant : https://issuu.com/infor-jeunes/docs/brochure_logementv1?fr=sYzEzNjc0MjgwMQ

Sur le même sujet
Politique
 
 
À la Une du Soir.be

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. CYCLING WORLD CHAMPIONSHIPS 2021 FLANDERS ELITE

    Mondiaux de cyclisme: Julian Alaphilippe douche le rêve belge

  2. «Chacun doit accepter de briser des tabous, il va falloir du courage politique.»

    Pierre-Yves Jeholet: «Wallons, Bruxellois, discutons d’un projet francophone, ou nous irons à genoux devant la Flandre!»

  3. Wout van Aert, esquinté, refuse la dérobade. «J’ai failli».

    Wout van Aert: «Je suis humain, seulement humain»

La chronique
  • Coronavirus – La vie devant toi (saison 2), jour 563: le pire

    Le 25 septembre 2019, il ne s’est rien passé d’incroyable. C’était la vie d’avant, normale, tranquille, filant doux comme une rivière sans pluie, serpentant sagement au fond de son lit, sans cascade, sans torrent, appâtant les peintres et les poètes en mal d’inspiration. La vie d’avant, c’était un poème, une petite aquarelle accrochée au-dessus du lit d’une chambre d’hôtel.

    Le 25 septembre 2021, c’est le chaos. Quand cette femme qu’on rencontre pour la première fois, la toute première fois de notre vie, s’avance dans le hall d’entrée et nous plaque un gros baiser qui claque alors qu’on lui tendait chaleureusement le coude, on hurle (intérieurement) : « A l’aide ! Rendez-nous la poignée de main de 2019, la distanciation de 2020 ou même, allez, le hug à l’américaine, on l’a adopté direct, celui-là ! » Mais non. Le covid à l’ère du vaccin, c’est pire que tout : même les inconnu(e)s nous embrassent, et sans consentement. Ça vaut combien, ça, pénalement ?

    ...

    Lire la suite

  • Allemagne: tout change pour que rien ne change?

    Une chancelière toute-puissante qui tire sa révérence après 16 ans d’une popularité unique, la dirigeante d’une des économies les plus fortes du monde et de la première puissance d’Europe qui quitte la scène : ce devrait être un coup de tonnerre et, au minimum, un énorme « stress test » dans le ciel allemand et donc européen.

    Et pourtant il y a une forte probabilité que rien ne change radicalement...

    Lire la suite