Accueil Belgique

À Cureghem, récits d’une jeunesse sous contrôle

Pour Iliass, Bali, Jawad ou Bilal, il n’aura pas fallu un confinement pour apprendre ce qu’un contrôle signifie. Après le décès du jeune Adil, pratiquement un voisin, ils racontent leur rapport à la police et leur soif d’égalité face à elle.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Ils ont la petite vingtaine, sont étudiants et ont grandi à Cureghem, au cœur d’Anderlecht. Le quartier où vivait Adil. Tous ont pris connaissance des doutes jetés par une investigation du Morgen sur les circonstances de la mort de l’adolescent. Parmi les quatre amis, certains ont bien connu le défunt. Bilal, notamment, a fait ses primaires avec lui. « Une semaine avant son décès, il était encore venu sonner chez moi pour demander si on avait besoin d’aide ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs