France: les frontières resteront fermées jusqu’au 15 juin au moins

France: les frontières resteront fermées jusqu’au 15 juin au moins
AFP

La levée progressive du confinement peut-être engagée ce lundi 11 mai », au vu de la situation sanitaire, a confirmé jeudi le Premier ministre Edouard Philippe en présentant le plan de déconfinement du gouvernement.

Il a cependant averti que la France était « coupée en deux » selon les situations sanitaires entre départements « verts » et « rouges » qui auront des mesures différenciées, et appelé au maintien strict des gestes de protection.

Le nombre de cas de personnes contaminées au coronavirus « baisse » en Ile-de-France mais « reste plus élevé que nous l’espérions », a déclaré jeudi Edouard Philippe. Il a précisé que le gouvernement allait « imposer des règles très strictes » dans les transports en commun à Paris et dans les départements de la région, et que des « mesures supplémentaires » pourraient être prises si la situation ne s’améliorait pas. « Il ne faut pas faire le malin avec le virus », a en outre déclaré le chef du gouvernement.

Des « dérogations supplémentaires » rendues possibles

Plusieurs ministres du gouvernement français se sont exprimés ce jeudi après-midi. Les restrictions aux frontières de la France avec les pays de l’espace européen (Union européenne, Shengen, Royaume-Uni) seront « prolongées jusqu’au 15 juin au moins » et les frontières avec les pays non-européens « resteront fermées jusqu’à nouvel ordre », a annoncé le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

Avec les pays européens, la libre circulation des travailleurs frontaliers sera préservée, a-t-il ajouté. En outre, les mesures de quatorzaine « pour toute personne française ou étrangère entrant en France », permises par le projet de loi prolongeant l’état d’urgence sanitaire, « à ce stade ne seront pas appliquées à l’intérieur de l’espace européen, sauf Outre-mer et, si nous le décidons, en Corse », a-t-il ajouté.

Enfin, pour franchir les frontières avec les pays européens voisins, « certaines dérogations supplémentaires seront rendues possibles » comme celles concernant « la garde, la visite ou la scolarité d’un enfant » ou « un motif économique impérieux » y compris les travailleurs saisonniers agricoles, a-t-il ajouté.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous