Accueil Opinions Cartes blanches

«COVID-19 et dette publique: va-t-on nous rejouer le mauvais scenario de 2008»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Face à une crise inédite, les mesures prises par le gouvernement belge et la récession économique en cours vont avoir un impact énorme sur les finances et l’endettement publics. Le scenario actuellement en cours est le même qu’en 2008. Mais ce scenario désastreux n’est pas une fatalité.

L’austérité et le dogme du paiement de la dette publique ont aggravé la crise sanitaire

La situation dramatique dans laquelle nous sommes ne sort pas de nulle part. Elle est la conséquence directe des politiques désastreuses d’austérité qui ont affaibli notre système public de santé, nos services publics et notre sécurité sociale. Entre 2011 et 2018, la Commission européenne a recommandé à 63 reprises aux États membres de l’UE de privatiser certains pans du secteur de la santé ou de réduire les dépenses publiques en matière de santé.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Naeije Robert, vendredi 8 mai 2020, 8:50

    A moins d'être "illégale, illégitime et odieuse" (trois critères ou un des trois?) une dette doit être remboursée, même quand on n'aime pas l'usurier. C'est vrai pour les individus, les entreprises et les états. Au-delà du problème moral/juridique, il faut se rappeler que l'interdiction de l'usure (l'église catholique au Moyen Age, l'islam encore aujourd'hui) est la façon la plus sure d'empêcher la croissance économique et donc de maintenir les populations dans la pauvreté. Pour ce qui est des prêts sans intérêts qu'on voudrait imposer à la BCE , et qu'on a bien sûr l'intention de ne pas rembourser, voyons au bout du compte qui en paiera la note. Les citoyens allemands et hollandais l'ont bien compris.

  • Posté par Delvaux Alain, vendredi 15 mai 2020, 9:12

    ça n'a pas été le cas de l'Allemagne pourtant : https://blogs.mediapart.fr/cadtm/blog/270219/27-fevrier-1953-l-annulation-de-la-dette-allemande

  • Posté par Marc HANS, vendredi 8 mai 2020, 10:07

    Une dette doit être remboursée..mais il faut constater que pour des raisons idéologiques ou géostratégiques, les créanciers peuvent faire preuve d'une très grande "souplesse". Lors de la première guerre du Golfe et pour s'assurer du soutiens du Caire, les créanciers réduisent de moitié la dette du pays, en 1990, dès l'arrivée au pouvoir de Walesa, les créanciers accordent à la Pologne une réduction de 50% de sa dette. Le 21 novembre 2004, les 19 pays réunis au sein du Club de Paris ont convenu d’un allègement de 80% de la dette irakienne....

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs