Accueil Société

Le vrai ou faux: la Belgique est-elle la championne des tests au coronavirus?

Lors de la conférence de presse du Conseil national de sécurité mercredi, Sophie Wilmès (MR) a assuré que notre pays faisait partie du haut du classement en matière de testing. C’est vrai, mais on revient de loin.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

La Belgique est-elle, comme s’en enorgueillit le fédéral, une des meilleures élèves d’Europe en matière de diagnostics coronavirus ? L’analyse des données disponibles par Le Soir donne plutôt raison au gouvernement : au début du mois de mai, notre pays était pour l’essentiel devancé par l’Islande (qui ne compte, il est vrai, que 357.000 habitants et a donc pu très vite mener une campagne massive de tests), le Portugal et le Danemark. Si quelques pays d’Europe de l’Est – moins grièvement touchés, il est vrai, par la crise que les pays d’Europe occidentale – sont en bas de classement, ils y sont rejoints par la France et la Grande-Bretagne, deux voisins dont les bilans sanitaires sont autrement plus cruels.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par NICODEME CLAUDE, vendredi 8 mai 2020, 19:36

    Mais où va-t-on ? cela est indiqué ici en tout petit: "La méthode de collecte de Sciensano a récemment changé"... et ce changement simplement de la méthode de comptage justifie presqu'à lui seul notre remontée dans le classement. Voir le point3 de l'article du 30 Avril [https://plus.lesoir.be/298073/article/2020-04-30/evolution-de-la-propagation-du-virus-en-belgique-quatre-incoherences-passees-la?referer=%2Farchives%2Frecherche%3Fdatefilter%3Dlastyear%26sort%3Ddate%2520desc%26word%3Dvan%2520laethem%2520comptage]. Mr Counasse donne les explications de Mr Van Laethem qui venait juste de remplacer Emmanuel André tout en faisant remarquer (sic) "Yves Van Laethem a (enfin) avancé une explication officielle ... L’écart entre les deux mesures semble toutefois colossal, et les explications encore peu fournies. Mais Yves Van Laethem a assuré que dès lundi prochain, le rapport quotidien sera affiné pour permettre d’y voir plus clair dans les chiffres de tests. Vivement." et depuis ??? par d'autres explications à ma connaissance

  • Posté par Marchal Michel, vendredi 8 mai 2020, 8:12

    Championne ? Et moi qui croyais que les compétitions sportives étaient suspendues ? Et les chiffres, sont-ils fiables ? Aucun pays ne semble compter comme ses voisins. En tout cas, personnellement, je n'ai pas encore distingué de près ou de moins près l'ombre d'un soupçon de pichenette de chouïa de test auprès des personnes avec lesquelles j'ai parlé (au téléphone) et qui m'ont fait part de leurs déductions (aucun autre moyen n'étant disponible en cas de symptômes bénins) : ils supposaient être victimes du virus. Alors, quand on constate les tests effectués en Allemagne ou au Luxembourg, j'émets de sérieux doutes & proclame mon scepticisme........

  • Posté par Rous Christian, vendredi 8 mai 2020, 5:56

    Au royaume des aveugles les borgnes sont roi. Quelques arrangements supplémentaires avec les chiffres et un plan com adapté, c'est surtout là que nos dirigeants sont champions hors catégorie.

  • Posté par Caelen Yves, vendredi 8 mai 2020, 2:00

    Champions pour se la raconter, surtout.

  • Posté par Cogan Elie, jeudi 7 mai 2020, 22:21

    Il n'en reste pas moins que la ministre de la santé n'a pas pris, en temps opportun, les mesures permettant à d'autres laboratoires que celui de la KUL (reconnu comme laboratoire de référence coronavirus avant la pandémie) de réaliser les tests PCR pendant de trop nombreuses semaines. Une commission d'enquête devra être mise en place afin d'identifier les responsables de cette carence. Est-ce que la ministre a agi volontairement ou sous influence ? Qui porte la responsabilité de la non réalisation de tests par le laboratoire de référence alors que l’indication médicale de tester était posée notamment par d’autres services universitaires? Quelles ont été les conséquences de cette carence de tests en terme de mortalité? Cette dernière question est importante car elle porte directement sur la responsabilité de plusieurs centaines de décès qui auraient pu être évités si les tests PCR avaient pu être réalisés en quantité suffisante en début d'épidémie. Les simulations des épidémiologistes de Namur sont intéressantes à analyser dans la perspective d'une éventuelle 2e vague (voir Prof. Jean Philippe Platteau & Vincenzo Venardi Le Soir du 21 avril 2020). Leur modèle indique clairement les conséquences de la réalisation/non réalisation de tests sur l'importance d'une hypothétique 2e vague. Une simulation équivalente pourrait être réalisée concernant la 1ere vague afin d’évaluer le surcroit de mortalité imputable à la non réalisation des tests. En ce qui concerne le présent et le futur proche, la même attitude peu cohérente concerne les tests sérologiques et se distingue singulièrement des recommandations de la Haute Autorité de Santé en France qui pose clairement les indications des tests sérologiques (https://we.tl/t-SkmdZPd8NM). En particulier, dans notre pays, l’absence de remboursement des tests sérologiques constitue une entrave potentielle à leur réalisation alors que la sérologie constitue notamment un outil contribuant au diagnostic vu la sensibilité actuellement insuffisante de la PCR sur des échantillons recueillis par frottis nasal. Le débat est donc loin d’être clos et l’augmentation tardive de la réalisation des tests PCR ne peut occulter ni les déficiences du passé ni celles du présent.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs