L'entretien d'embauche vidéo, nouvelle tendance RH du confinement

Shutterstock
Shutterstock

Alors que le confinement reste de mise pour une bonne partie de la population, trouver un job ou du moins décrocher un entretien peut relever du chemin de croix. Depuis des mois, la tendance est aux entretiens vidéo différés. Plutôt qu'un entretien à distance traditionnel réalisé en utilisant des logiciels de vidéoconférence permettant un échange entre le candidat et le recruteur, les entretiens différés s'effectuent seul devant son écran.

Concrètement, le recruteur prépare une série de questions auxquelles le candidat devra répondre soit à l'oral soit à l'écrit. Il est filmé pendant tout l'exercice afin que ses réponses et son langage corporel soient analysés par la suite par le recruteur.

A la clé, selon les sociétés qui proposent ce genre de service, des économies de temps de ressources et d'argent. « En période de confinement, les recruteurs sont soumis aux mêmes problématiques que tout le monde, analyse Catherine Hellemans, professeure à l'ULB et chercheuse au centre de recherche de psychologie du travail. Organiser une série d'entretien via des logiciels comme Skype implique des incertitudes liées au temps. Disposer de toute une série de vidéos de candidats préenregistrées offre une meilleure autonomie au recruteur et limite les temps morts à attendre le prochain rendez-vous ».

Toutefois, le procédé n'est pas sans défaut et le principal problème saute aux yeux : le manque d'interaction entre le candidat et le recruteur. « La théorie de la communication montre bien que le feedback est un élément très important dans toute communication. On vérifie que l'autre a bien compris le message que l'on veut faire passer, on repose la question, si on veut aller plus loin dans la conversation. Lors d'une discussion, l'un et l'autre s'adaptent en permanence. Mais lorsque l'on s'enregistre seul, il n’y a aucun retour ni aucun indice quant à la posture à adopter. Ce n'est pas une situation idéale pour un candidat, mais cela ne l'est pas non plus pour le recruteur qui ne peut demander d'informations complémentaires ou approfondir l'un ou l'autre point. Je pense que ce genre de procédé peut être pratique pour effectuer un premier tri parmi les candidats, mais il me semble qu'il est compliqué d'engager quelqu'un sur seule base d'un entretien préenregistré. D'autant plus s'il s'agit d'un poste à plus fortes responsabilités ».

Des conseils ?

Comme pour tout entretien d'embauche, mieux vaut faire montre d'une certaine préparation. « Sauf en cas de candidature spontanée, mieux vaut se renseigner sur le poste à pourvoir, poursuit Catherine Hellemans. Envisager le type de questions qui seront posées. Il y a bien sûr le grand classique sur ses points forts et ses points faibles, mais de plus en plus, les recruteurs demandent d'illustrer ses forces et faiblesses dans des exemples concrets. Toute information sur l'entreprise dans laquelle on compte postuler est bonne à prendre. Quelle est la mentalité d'entreprise, qu'est-ce qui est demandé aux employés et pourquoi on pense avoir une place au sein de la structure ».

Deuxième conseil : renvoyer la meilleure image de soi possible. « On a déjà l'habitude de se montrer sous son meilleur jour lors d'un entretien traditionnel. Et cela ne change pas en période de confinement. Mieux vaut être présentable en vidéo : bien habillé, propre, etc. Autre avantage, il est possible de mieux maîtriser son environnement. Ranger son habitation, faire un peu de ménage donnera une image plus positive lors de l'entretien. »

Sur le même sujet
Politique
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. À l’extérieur, seule la transmission par gouttelette présente un risque, car la masse d’air est trop importante pour un phénomène d’aérosolisation. © Pierre-Yves Thienpont.

    Commerces, piscines: des risques limités si les réouvertures sont cadrées

  2. d-20070914-WD38YM 2018-08-10 21_37_32

    Voiture privée, voiture partagée, demandez le comparatif

  3. Si le précompte immobilier est régionalisé, le revenu cadastral sur lequel il repose reste fédéral. Prochaine réforme en vue?

    La Wallonie maître du précompte immobilier

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, saison 2, jour 26»: la normalité

    L’autre nuit, il s’est passé un truc incroyable.

    Laura a fait un drôle de rêve. Elle s’en souvient toujours avec précision le matin suivant, des histoires de dingues, avec mille détails dont elle s’empresse d’aller trouver la signification sur le web, avant de tout retranscrire dans un petit carnet.

    Là, elle raconte qu’elle est à la gare (nouveau départ, changement de vie), elle part à la mer parce qu’il paraît qu’il va faire 46 degrés. Elle est avec des amis – qu’elle ne connaît pas en vrai (souvent l’ami c’est toi : si tu ne le connais pas, tu ne te connais pas) – et tout le monde porte son masque. Sauf elle. Typiquement le cauchemar de « J’arrive tout nu à l’école » ou « au bureau sans mon pantalon de pyjama » (mise en danger ou expression de soi, authenticité).

    Grosse angoisse. Elle remonte son pull sur le nez : où trouver un p… de masque ? Allez savoir pourquoi, un ami lui demande alors d’aller acheter du lait (oui, du...

    Lire la suite

  • 11 millions de Belges c’est bien, 13 ministres unis c’est mieux

    Pas un mois, pas une semaine : on n’aura même pas tenu trois jours ! Vendredi soir, les différents partis membres du Comité de concertation, francophones et flamands, Open VLD, CD&V, PS, MR, Ecolo, SP.A, Groen, N-VA affichaient, comme un seul « homme » leur solidarité, leur sens des responsabilités. Tous derrière le Premier ministre Alexander De Croo, et aussi, oui, tous aussi derrière le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke. Ils avaient pris des décisions très dures, au terme de discussions très constructives...

    Lire la suite