L'entretien d'embauche vidéo, nouvelle tendance RH du confinement

Shutterstock
Shutterstock

Alors que le confinement reste de mise pour une bonne partie de la population, trouver un job ou du moins décrocher un entretien peut relever du chemin de croix. Depuis des mois, la tendance est aux entretiens vidéo différés. Plutôt qu'un entretien à distance traditionnel réalisé en utilisant des logiciels de vidéoconférence permettant un échange entre le candidat et le recruteur, les entretiens différés s'effectuent seul devant son écran.

Concrètement, le recruteur prépare une série de questions auxquelles le candidat devra répondre soit à l'oral soit à l'écrit. Il est filmé pendant tout l'exercice afin que ses réponses et son langage corporel soient analysés par la suite par le recruteur.

A la clé, selon les sociétés qui proposent ce genre de service, des économies de temps de ressources et d'argent. « En période de confinement, les recruteurs sont soumis aux mêmes problématiques que tout le monde, analyse Catherine Hellemans, professeure à l'ULB et chercheuse au centre de recherche de psychologie du travail. Organiser une série d'entretien via des logiciels comme Skype implique des incertitudes liées au temps. Disposer de toute une série de vidéos de candidats préenregistrées offre une meilleure autonomie au recruteur et limite les temps morts à attendre le prochain rendez-vous ».

Toutefois, le procédé n'est pas sans défaut et le principal problème saute aux yeux : le manque d'interaction entre le candidat et le recruteur. « La théorie de la communication montre bien que le feedback est un élément très important dans toute communication. On vérifie que l'autre a bien compris le message que l'on veut faire passer, on repose la question, si on veut aller plus loin dans la conversation. Lors d'une discussion, l'un et l'autre s'adaptent en permanence. Mais lorsque l'on s'enregistre seul, il n’y a aucun retour ni aucun indice quant à la posture à adopter. Ce n'est pas une situation idéale pour un candidat, mais cela ne l'est pas non plus pour le recruteur qui ne peut demander d'informations complémentaires ou approfondir l'un ou l'autre point. Je pense que ce genre de procédé peut être pratique pour effectuer un premier tri parmi les candidats, mais il me semble qu'il est compliqué d'engager quelqu'un sur seule base d'un entretien préenregistré. D'autant plus s'il s'agit d'un poste à plus fortes responsabilités ».

Des conseils ?

Comme pour tout entretien d'embauche, mieux vaut faire montre d'une certaine préparation. « Sauf en cas de candidature spontanée, mieux vaut se renseigner sur le poste à pourvoir, poursuit Catherine Hellemans. Envisager le type de questions qui seront posées. Il y a bien sûr le grand classique sur ses points forts et ses points faibles, mais de plus en plus, les recruteurs demandent d'illustrer ses forces et faiblesses dans des exemples concrets. Toute information sur l'entreprise dans laquelle on compte postuler est bonne à prendre. Quelle est la mentalité d'entreprise, qu'est-ce qui est demandé aux employés et pourquoi on pense avoir une place au sein de la structure ».

Deuxième conseil : renvoyer la meilleure image de soi possible. « On a déjà l'habitude de se montrer sous son meilleur jour lors d'un entretien traditionnel. Et cela ne change pas en période de confinement. Mieux vaut être présentable en vidéo : bien habillé, propre, etc. Autre avantage, il est possible de mieux maîtriser son environnement. Ranger son habitation, faire un peu de ménage donnera une image plus positive lors de l'entretien. »

Sur le même sujet
Politique
 
 
À la Une du Soir.be

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Grâce à la reconstitution qui s’est déroulée dans la cellule de l’aéroport de Charleroi, la juge d’instruction connaît les propos que les policiers ont tenus alors qu’ils maintenaient Jozef Chovanec qui venait de se frapper la tête contre un mur à de nombreuses reprises.

    Affaire Chovanec: après les images, la juge a désormais les paroles

  2. Dans les grands magasins, les prix sont stables actuellement... mais seront rattrapés dès 2022 par l’envolée des coûts du transport et des matières premières.

    Supermarchés: le ticket de caisse n’augmentera pas avant janvier

  3. Lukaku DET

    Romelu Lukaku et les grands matches, l’histoire sans fin

La chronique
  • La «Lettre de la City»: la grande déconfiture de l’économie britannique

    Par Marc Roche

    Marc Roche

    L’économie bien comprise conduit tout naturellement à s’interroger sur le sens de notre société. Cette discipline, qui n’est pas que politique, invite à une pointe de philosophie, sans laquelle, comme toute technique, elle resterait sans âme. Vaste sujet à creuser à la lumière de l’actuelle déconfiture de l’économie britannique.

    Des queues interminables devant les stations-service, des automobilistes au bord de la crise de nerfs, des factures de gaz et d’électricité dans l’ascenseur, une hausse de l’inflation qui devrait entraîner un relèvement des taux d’intérêt des prêts immobiliers, des rayons « produits frais » et volaille des supermarchés vides… soudain, les coups pleuvent sur la cuirasse de Boris Johnson qui montre ses défauts.

    L’exode massif d’une main-d’œuvre indispensable

    Les pénuries d’essence et de produits alimentaires sont la conséquence directe du Brexit et de la pandémie. La sortie de l’Union européenne couplée à la crise sanitaire...

    Lire la suite

  • Allô, allô! Qui pour encadrer le prix du gaz, le nouveau grand perturbateur?

    Folle flambée : c’est le terme utilisé pour caractériser la hausse rapide du prix du gaz flirtant ce mardi avec les 85 euros le kWh, à comparer avec 50 euros début septembre, soit une hausse de 70 % dont personne ne prédit qu’elle va s’arrêter là, même si elle est redescendue à 60 % à la clôture des marchés. En cause, une tempête qu’un de nos interlocuteurs qualifie de « parfaite » car nourrie par des vents venus de tous les recoins du monde.

    Si la planète a...

    Lire la suite