Accueil Culture

Costumière: un savoir-faire, pas un hobby à exploiter

Plutôt que de perdre des millions en commandes fantômes de masques sur Internet, ne faut-il pas privilégier la fabrication locale de qualité. C’est le pari du collectif Les Masques de Bruxelles, issu du monde théâtral et de ses costumières. Attention : tout travail mérite salaire.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Costumière indépendante, Annabelle Locks a travaillé pour des institutions aussi variées que le Varia, le Théâtre National ou le Théâtre de la Vie. En avril, l’artisane devait participer à la création de Cymbeline aux Martyrs. Las. Avorté à cause du coronavirus, le projet inaugurait une longue suite d’annulations de contrats pour la travailleuse. « Que fallait-il faire alors ? s’interroge Annabelle Locks Rester au chômage ? Creuser la catastrophe économique ? Se sentir comme un boulet ou trouver un moyen de créer de l’emploi pour des professionnelles diplômées qui ont un savoir-faire utile pour agir pendant la crise, à savoir coudre des masques ? »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs