Accueil Culture Scènes

Masques et blouses ont remplacé perruques et crinolines

Si le secteur culturel s’inquiète légitimement pour son avenir, il apporte aussi sa contribution à la lutte contre la pandémie. Notamment grâce au savoir-faire des coupeurs et couturières qui se sont reconvertis dans la fabrication de matériel de protection.

Article réservé aux abonnés
Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 4 min

Elles fabriquaient des costumes pour les prochaines productions de l’Opéra Royal de Wallonie, la Monnaie, le Théâtre de Liège et une multitude d’autres institutions de tailles diverses. Subitement, avec le confinement, leur travail s’est arrêté d’un coup. Pas longtemps. Très vite, les couturières professionnelles du monde du spectacle ont compris qu’elles avaient un nouveau rôle à jouer. « Quand le confinement a commencé, tous nos plannings ont été bouleversés, explique Marie Lovenberg du Théâtre de Liège. Il n’était plus possible de faire les essayages avec les comédiens, on ne recevait plus les tissus… On a donc terminé ce qui était en cours et mis le reste en suspens. Ensuite, on a commencé à faire des masques pour nos collègues, en vue de la reprise. Puis, on a eu une demande de la Ville pour voir si nous étions disponibles pour confectionner des masques pour Liège Métropole. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs