Les infos dispensables (ou pas) sur le coronavirus: à propos des anticorps et du nez hors du masque

Les plages de Barcelone sont à nouveau accessibles, à certaines heures, moyennant certaines conditions.
Les plages de Barcelone sont à nouveau accessibles, à certaines heures, moyennant certaines conditions. - Photo Reuters.

1. Le chiffre du jour

C’est le pourcentage des Belges qui présenteraient des anticorps contre le coronavirus, selon une étude de l’Université d’Anvers, fondée sur 3.400 échantillons de sang. D’après le bilan quotidien, on totaliserait 52.011 cas depuis le début de l’épidémie. Mais avec 6 % de la population, l’estimation grimperait donc à près de 690.000 Belges touchés. Et selon la police ?

2. L’image du jour

Pardon, on vous pose cette image-là, parce que parfois un dessin vaut mieux qu’un long discours. À tous ceux qui laissent pendouiller leur nez en dehors de leur masque et qui ne comprennent pas pourquoi ce n’est pas bien, voilà l’explication :

3. La citation du jour

« Les francophones, cette fois, font preuve d’une belle réactivité linguistique. Plusieurs d’entre vous s’en sont réjouis et ont déjà proposé la candidature de déconfinement comme « nouveau mot de l’année 2020 ». Il ne m’étonnerait pas que les équipes rédactionnelles du Petit Robert et du Petit Larousse ajoutent in extremis cette entrée dans le millésime à paraître bientôt. Sous peine d’être moquées pour avoir raté leur sortie de confinement… », note l’indispensable Michel Francard, dans sa chronique cette semaine.

4. La bonne nouvelle du jour : retour à la plage

Barcelone a rouvert vendredi ses plages, fermées depuis le début du confinement mi-mars. Ah, le soleil, la mer et un verre de San Miguel ou de Cava, le début des vacances ? Attention cette réouverture est conditionnée : pas question d’étaler sa serviette de bain sur le sable. On peut s’y rendre, mais pour nager ou pratiquer un sport. Et seulement entre 6h et 10h. C’est un début timide, mais un début quand même.

5. Le détournement du jour : plaidoyer

La commission des affaires sociales n’a pas jugé urgent d’examiner une proposition de loi pour soutenir les artistes durant la crise. Ces derniers s’insurgent avec les moyens du bord – c’est-à-dire trois bouts de ficelle, le peu qu’il leur reste.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous