Sophie Wilmès: «Il y avait urgence à permettre les réunions familiales»

Sophie Wilmès: «Il y avait urgence à permettre les réunions familiales»
Belga

Sophie Wilmès sort du silence. A la veille de l’autorisation des réunions familiales et amicales, sous conditions, la Première ministre a expliqué les mesures prises par le Conseil national de sécurité à la Libre.

« On était convaincus qu’il y avait urgence à permettre les réunions familiales ou amicales plus tôt que ce que le GEES (le groupe d’experts en charge de dessiner la stratégie belge de déconfinement NDLR) avait prévu au départ, explique-t-elle. Et le groupe d’experts avait la conviction qu’il fallait répondre à cet appel. La question sanitaire est fondamentale, mais se retrouver dans une situation où on est à même de respecter les règles, parce qu’on les soutient et les accepte, est aussi fondamental dans la gestion du déconfinement. »

Sophie Wilmès a également expliqué la limitation à quatre personnes lors des rassemblements à domicile. « Deux ou trois, ce n’est peut-être pas assez pour une famille, et dix, c’est trop, a-t-elle affirmé. Quatre, cela correspond à une famille moyenne, au fait de pouvoir inviter les deux grands-parents de chaque côté, et surtout à quelque chose d’acceptable dans la gestion de la propagation du virus. »

Sur le même sujet
Famille
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous