Des diplomates ont vérifié sur place les usines de fabrication de masques, explique Philippe Goffin

Des diplomates ont vérifié sur place les usines de fabrication de masques, explique Philippe Goffin

Le ministre des Affaires étrangères et de la Défense, Philippe Goffin, a défendu dimanche la procédure et les précautions prises par le gouvernement dans l’achat des masques en tissu promis aux Belges dans le cadre du déconfinement progressif. Des diplomates belges en poste au Vietnam et à Hong Kong se sont rendus dans les usines qui produiront lesdits masques, a-t-il assuré à la RTBF et sur le plateau de « C’est pas tous les jours dimanche » (RTL-TVi).

Le gouvernement fédéral et les entités fédérées se sont engagés le 24 avril à mettre en place une stratégie commune garantissant à chaque citoyen de recevoir un masque en tissu couvrant la bouche et le nez, et répondant à une norme de qualité. La Défense a été chargée le 27 avril de réaliser le marché public qui concrétisera cet engagement.

Une trentaine d’entreprises ont remis une offre, aussi bien belges que d’un autre pays européen. Deux ont été retenues, Tweeds&Cottons, société gantoise, et Avrox, basée au Luxembourg. Or, cette deuxième société est inconnue dans le secteur textile. Selon des renseignements disponibles sur internet, elle est spécialisée dans le transport. Aucun numéro de téléphone ou site internet n’est mentionné.

La fédération des marques et fabricants de vêtement Creamod s’est inquiétée vendredi de ce choix, qualifiant la société de « boîte aux lettres ». Elle parle de « gifle » pour le secteur alors que deux mois de concertation ont eu lieu avec les autorités pour la confection des masques avant que la Défense ne se voie confier le marché.

« Il n’est pas anormal qu’une société luxembourgeoise remette une offre », a fait remarquer M. Goffin sur RTL-TVi.

Plusieurs critères devaient être remplis dont celui de satisfaire à une norme de qualité et de pouvoir livrer une très grande quantité en un temps très court, sans compter le prix. Les livraisons sont attendues pour le 24 mai et la commande porte au total sur 18 millions de masques.

« La plupart des firmes qui ont remis un prix proposaient des masques fabriqués à l’étranger, sauf pour des quantités trop limitées », a expliqué le ministre.

Les contrats ont été passés mardi soir. Des échantillons ont été envoyés et devraient arriver sous peu, a-t-on précisé à la Défense. Un test aura lieu avant la fabrication définitive et le paiement n’aura lieu qu’après réception définitive de la commande et vérification de celle-ci.

« J’ai veillé à ce que nos représentants sur place aillent voir les usines. On y fabrique bien des masques », a précisé le ministre.

Dans l’opposition, le député Michaël Freilich (N-VA) a annoncé qu’il demanderait des explications au ministre la semaine prochaine.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous