La Bourse de Tokyo optimiste avant une probable levée partielle de l'état d'urgence

L'indice Nikkei des 225 principales valeurs nippones, qui avait fortement grimpé en fin de semaine dernière, a encore progressé de 1,05% lundi à la clôture pour atteindre 20.390,66 points. L'indice élargi Topix a quant à lui terminé en hausse de 1,53% à 1.480,62 points.

"Le moral des investisseurs s'améliore parce qu'ils s'attendent à ce que l'état d'urgence soit levé plus tôt que prévu" au Japon, a commenté dans une note Yoshihiro Ito, stratégiste en chef chez Okasan Online Securities.

Le gouvernement japonais envisage de lever l'état d'urgence dans la plupart des régions de l'archipel avant la date initialement prévue du 31 mai, a déclaré dimanche le ministre de l'Economie Yasutoshi Nishimura, qui coordonne aussi la gestion gouvernementale de la crise sanitaire.

Ce dispositif, qui ne comprend pas de confinement obligatoire ni de sanctions en cas de non respect des consignes, devrait toutefois être maintenu pour certaines régions densément peuplées, notamment celle de Tokyo, principal poumon économique du pays.

A l'exception de la santé et des fournisseurs d'électricité, tous les secteurs d'activité sur l'indice Nikkei ont terminé la séance en hausse, l'immobilier, les biens de consommation durables et la finance occupant le podium.

Le yen baissait sensiblement face au dollar, à raison d'un dollar pour 107,13 yens peu avant 07H00 GMT, contre 106,65 yens vendredi à 21H00 GMT. La monnaie japonaise refluait aussi face à l'euro, qui valait 116,14 yens contre 115,60 yens vendredi.

Les cours du pétrole, qui avaient fini en hausse vendredi sur des signes d'un retour de la demande mondiale d'or noir et d'une nouvelle baisse de la production aux Etats-Unis, repartaient dans le rouge lundi: vers 06H50 GMT le prix du baril de brut américain WTI lâchait 0,77% à 24,55 dollars, et celui du baril de Brent londonien cédait 0,97% à 30,67 dollars.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous