Accueil Société

L’urine, une ressource en or

Recycler l’urine en engrais : c’est l’idée de la start-up Peecycle, imaginée par deux étudiants-entrepreneurs qui viennent de remporter une bourse de la Fondation pour les générations futures afin de développer leur projet.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Transformer un déchet en ressource : c’est la philosophie à la base du projet Peecycle que Jean Jacobs et Harold Lechat ont imaginé sur les bancs de l’Université. « On est copains depuis tout petit », sourit le premier, 28 ans et étudiant en sciences biomédicales à l’UCLouvain. A ses côtés : Harold, même âge, diplômé en marketing et actuellement en formation agricole dans une ferme en permaculture. Ces deux étudiants-entrepreneurs viennent de recevoir 5.000 euros de la Fondation pour les générations futures dans le but de développer leur start-up. « Au départ, un déclic au cours de mon mémoire », explique Jean. « J’étudiais le sujet des eaux usées et de la récupération du phosphate. Harold était alors avec moi en blocus. En discutant, nous avons réalisé l’immense potentiel, inexploité, de l’urine… au regard des millions de litres d’eau potable gaspillés par nos chasses d’eau. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par BINAME Robert, dimanche 17 mai 2020, 9:17

    Bref, c est la réinvention de l eau tiède. Les chinois font cela depuis des millénaires.

  • Posté par Meersman Olivier, vendredi 15 mai 2020, 15:13

    Rien de neuf, des gens font cela pour leur potager depuis des décennies...

  • Posté par Thys Nicolas, lundi 11 mai 2020, 20:02

    Fantastique! bravo les gars :-)

  • Posté par Gilles Patrick, lundi 11 mai 2020, 18:54

    J'avais vu un reportage à Paris où une start-up installait des urinoirs publics en plein air. Elle traitait l'urine afin de récupérer de l'eau et de l'engrais principalement. Et ensuite l'objectif était de valoriser l'engrais.

  • Posté par Eric Lambot, lundi 11 mai 2020, 15:12

    Bien, excellent. Juste, est-on sûr que les traces de médicaments, d'antibiotiques, de drogues, etc.. ne sont plus un problème ?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Plongée dans l’enfer des prostituées trans au quartier Yser

L’ASBL Alias sort une enquête et un court-métrage sur la situation des prostituées trans dans le quartier Yser. Détresse, survie et danger sont les maîtres mots de celles qui, souvent, n’entrevoient pas d’autre choix que de se prostituer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs