Accueil Opinions Débats et idées

«Les données, l’acier et le charbon de la nouvelle normalité»

Pour Bart Steukers, les données sont l’acier et le charbon de la nouvelle normalité. En matière de traçage, il plaide pour davantage de synergies entre pays européens.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Le 9 mai 1950, le ministre français des Affaires étrangères Robert Schuman prononce un discours qui allait transformer l’Europe à tout jamais. Dans sa « déclaration Schuman », il appelle à la mise en commun des productions de charbon et d’acier de la France et de l’Allemagne. Une proposition ouverte à d’autres pays. Plus jamais la guerre ne pourrait mettre l’Europe à feu et à sang.

Aujourd’hui, 70 ans plus tard, nous faisons face au plus grand bouleversement économique et humain que l’Europe n’ait eu à affronter depuis ce jour. En quelques mois seulement, 150.000 personnes ont succombé au coronavirus en Europe. Cela reviendrait à rayer Mons et Verviers de la carte. Près de 1,5 million de personnes ont été contaminées, soit la population totale des provinces de Liège et du Brabant-Wallon rassemblées. Rétablir l’économie européenne coûtera nettement plus cher que le plan Marshall de l’époque, et ce même dans les conditions actuelles.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Mulpas Yves, mardi 12 mai 2020, 8:00

    La crise du voronavirus est celle de la maximisation mathématique du profit economique. Au nom de la liberté de commerce et d'industrie, tous les risques sanitaires sont permis. La promiscuité des travailleurs et des consommateurs est devenue la règle car on a exacerbé la recherche du gain de temps et de l'espace. De même que les grandes pandémies du début du 20 EME siecle ont été éradiquée en Europe par le progrès social, les pandémies du 21 EME siècle ne seront éradiquées que par le développement du commerce équitable a l'échelon mondial. l'Europe sociale et fédérale est désormais une nécessité vitale et dans un premier temps, une politique de protectionnisme européen n'est pas à exclure. L'époque des nations européennes souveraines est un reliquat de la pensée politique du 20 siècle appelé a disparaître. L'incapacité du président américain a gérer la crise sanitaire et le renvoi du problème vers les gouverneurs des états montre bien l'émergence d'un monde des régions plutôt qu'un monde des nations. L'illusion des nations européennes doit laisser la place a l'émergence de régions chargées de la gestion des problèmes internes (comme les gouverneurs des états américains), dans le cadre d'une coordination et d'une tutelle d'un état fédéral ayant pour compétences les matières supra-regionales (diplomatie,défense, justice, sécurite sociale, fiscalité uniformisée) Dans la crise du coronavirus, l'Union Européenne mais aussi l'Etat fédéral américain ont fait la preuve de leur incapacité notoire à jouer leur rôle de régulation et de coordination en adoptant a nouveau une gestuelle inutile et parfois dangereuse pour leur propre population.

Aussi en Débats et idées

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs